Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : "Mes 12 jours en hôpital psychiatrique"

Témoignage : "Mes 12 jours en hôpital psychiatrique"

le 22 octobre 2018

Parmi mes camarades d’infortune : des dépressifs, des alcooliques, des toxicomanes, des suicidaires et des gens exceptionnels.

On ne se lève pas le matin en se disant que le soir même on sera interné en psychiatrie. Aussi douloureux soit le réveil, aussi amère soit la journée, un jour de dépression n’est jamais qu’un jour de plus qu’on espérait ne pas voir et pendant lequel on reste prostré dans son lit en attendant que la tristesse lancinante passe.

J’avais cessé de dormir, de m’alimenter, de sourire, d’espérer. Le mercredi 29 août 2018, j’ai avalé des comprimés. Pas assez pour mourir, suffisamment pour dormir longtemps. Alertée par mes messages de détresse, lancés en pleine nuit à qui voudrait bien y répondre, une amie a contacté le SAMU. Après un bref échange téléphonique avec un opérateur conciliant – pas comme dans le cas de Naomi – qui me disait que la vie est belle, je me suis retrouvée assise dans une ambulance garée devant la grande porte de mon immeuble. Les yeux rougis de larmes et le visage bouffi, j’avais peine à expliquer aux urgentistes comment j’en étais arrivée là.

Lire la suite sur Vice