Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : Vies et morts d’un cheminot

Témoignage : Vies et morts d’un cheminot

le 24 juin 2015

[Vice] Un accident mortel peut arriver n'importe où et n'importe quand. Les gens ne tolèrent pas les retards quand ils voyagent en train, même si les accidents peuvent également survenir avec d'autres moyens de transport. On est obligé de le subir, on ne peut pas faire autrement. Dans ces cas-là, notre priorité consiste à secourir les personnes concernées. 

On essaie de ne pas penser qu'au temps, surtout si ça peut nous permettre de sauver quelqu'un. Le jour de la collision, j'ai dû faire une annonce aux voyageurs : « Ce train vient de subir un accident de personne. Nous allons patienter plusieurs instants, ce sera assez long, prévenez vos employeurs. Nous attendons l'arrivée des secours et le feu vert de la police pour repartir. »

J'ai 29 ans. Je conduis des trains à la SNCF depuis trois ans, rattaché au dépot de Versailles. Je suis mécanicien sur le RER C. Avant cela, j'étais agent de maintenance et je réparais les trains dans un atelier. Je me suis engagé dans la formation afin de devenir mécano par attrait pour la conduite – mais aussi parce que j'en avais marre d'être enfermé huit heures d'affilée dans un atelier.

Source Vice