Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Théâtre : La passion déchirante d’un amour fou

Théâtre : La passion déchirante d’un amour fou

le 17 novembre 2017

Roxane Kasperski joue sa propre aventure sentimentale, réécrite et mise en scène avec Elsa Granat. Au delà des mots justes et des questionnements sur la maladie de l’aimé « bipolaire », est posée la question du soutien et du regard des autres.

Comment transporter sur une scène de théâtre sa propre histoire d’amour, et comment l’interpréter sans pathos ni gêne, lorsque son aboutissement est sans issue ? Roxane Kasperski y parvient avec élégance, seule dans son propre univers émotionnel, au milieu d’un lâcher de sacs de boites de médicaments qui envahissent tout l’espace. Avec le soutien de deux chaises d’une table, de trois tapis de gymnastique.

La comédienne se met à nu devant le public, sous le regard de tous et des conseilleurs à pas cher, qui proposent ou imposent leurs avis face à la maladie : « quittez vous ». Reste à savoir pour aller où. Depuis toujours, Roxane a su, compris, admis, que l’homme dont elle était éperdument amoureuse souffrait de bipolarité, ici un trouble psychique de forme aggravée.

Et de fait la question démultipliée : comment vivre, avec l’autre, comment continuer à l’aimer, comment le sauver, est constante. A partir d’un premier jet d’écriture de Roxame Kasperski, Elsa Granat a composé avec elle, puis mis en scène cette histoire d’amour et de souffrances. Avec la musique des mots simples, clairs, justes, qui rendent le propos abordable et disons le supportable.

Pathologie d’une époque

Car la violence est constante, sous-jacente. La bipolarité agressive de l’un rencontre la cyclothymie de l’autre, et pourtant l’union perdure. Entre des séries télévisées américaines projetées -un peu comme en miroir- en version originales sur un écran noir tendu en fond de scène, l’expression du désir sexuel, des monologues intérieurs (qui gagneraient à être un peu rabotés) ou encore la voix (et l’image) de la soprano Renée Fleming interprétant Casta Diva (Chaste déesse) extrait de l’opéra Norma de Bellini, Roxane Kasperski tente de surmonter les épreuves, jusqu’au bout de ses forces. Impuissante au final.

Source Humanité