Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Tribune : Infirmiers en psychiatrie, "Faut-il se taire, s’exprimer ou s’en foutre ?"

Tribune : Infirmiers en psychiatrie, "Faut-il se taire, s’exprimer ou s’en foutre ?"

le 16 mars 2018

Accepter de reconsidérer la complexité des soins en psychiatrie nécessite d’accepter que l’activité soignante, comme toute activité, n’est pas simplement productive mais qu’elle est aussi constructive. C’est-à-dire que soigner ce n’est pas simplement faire des actes mais que c’est aussi les revisiter seul et en équipe pour mieux en interroger la pertinence et tenter de passer de l’expérience à l’expertise.

Deux ans déjà, que cela passe vite deux ans… Comme l’écrivait si joliment Aragon « Ah comme j'y ai cru comme j'y ai cru puis voilà que je suis devenu vieux. Le temps des jeunes gens leur est une mèche toujours retombant dans les yeux ». Nous devons accepter l’évidence, l’homme a une propension à ne pas être raisonnable pour le meilleur mais aussi trop souvent pour le pire. En 2016, je publiais ici même un article qui malheureusement reste d’actualité « Suis-je un salaud ou un soignant ?  » J’étais alors persuadé que nos tutelles allaient nous contraindre à revenir à la base des soins en psychiatrie. Et pourtant j’ai pu lire dans les recommandations en urgence de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, relatives au centre hospitalier universitaire de Saint-Etienne parues au Journal officiel le 1er mars 2018 , cette phrase : Ce dysfonctionnement majeur a conduit les soignants à accepter l’instauration de pratiques contraires au droit comme d’ailleurs à leur volonté première.

Lire la suite sur Infirmiers.com