Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > 11e Congrès français de psychiatrie : "La crise", 4-7 décembre 2019 à Nice

11e Congrès français de psychiatrie : "La crise", 4-7 décembre 2019 à Nice

le 17 juin 2019

Le prochain Congrès Français de Psychiatrie (CFP) se tiendra à Nice du 4 au 7 décembre 2019 sur le thème de « la Crise ». 

Dans la médecine hippocratique, la crise désignait des bouleversements soudains dans le cours d’une maladie, annonçant une issue funeste ou heureuse (crise « salutaire »). En grec, le verbe « krínein » signifie « décider ». Cette étymologie indique que la réflexion sur la crise ne se limite pas à un constat pessimiste des difficultés actuelles, mais comporte aussi une prise de décisions pour gérer avec succès des transformations rapides.

La connotation politique ou économique de la crise n’apparaît qu’au début du XIXesiècle. Auparavant, le sens classique était purement médical ; cela est décrit dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, dans un article exhaustif signé par le Dr. de Bordeu, un proche de Diderot. Il y est rappelé en introduction que « Galien nous apprend que ce mot crise est un terme du barreau que les médecins ont adopté, et qu’il signifie, à proprement parler, un jugement ». Le rythme des crises est un objet d’étude privilégié. En 1751, l’académie de Dijon proposa encore un prix à qui étudierait « si les jours critiques sont les mêmes en nos climats, qu’ils étaient dans ceux où Hippocrate les a observés ». On a longtemps pensé que les crises « salutaires », conduisant à des guérisons complètes, survenait plutôt lors de multiples du chiffre 7, aux 7e, 14eou 21ejours. Théophile de Bordeu a été oublié comme spécialiste de la crise, mais il reste connu en tant que personnage du « Rêve de d’Alembert » (1769) ;  Diderot y imagine un dialogue entre Julie de Lespinasse, femme de lettre, et le Dr. de Bordeu, autour d’un verre de Malaga, à propos du mélange des espèces et des lois civiles et religieuses que les hommes ont établies autour de « l’acte de la génération ».

Lire la suite de l'argumentaire et en savoir plus sur le site dédié au Congrès français de psychiatrie