Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Intervention à l'Académie nationale de médecine : Être schizophrène en prison

Intervention à l'Académie nationale de médecine : Être schizophrène en prison

le 29 janvier 2018

À l'occasion d'une séance à l'Académie nationale de médecine consacrée à la médecine en milieu carcéral, le 16 janvier, l'une des interventions a notamment porté sur la prise en charge des troubles schizophréniques des personnes détenues.

Dans cette communication, Magali Bodon-Bruzel, chef du pôle fédérant le service médico-psychologique régional (SMPR) et l'unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de l'hôpital Paul-Guiraud à Villejuif (Val-de-Marne) et David Touitou, responsable de l'UHSA, estiment que "trois temps de l'intervention psychiatrique  (d'expertise ou de soins) auprès du sujet schizophrène détenu devraient être améliorés sinon renforcés ".  Résumé de l'intervention : Depuis les aliénistes, les psychiatres ont toujours constaté la présence de nombreux malades mentaux en détention. Des études épidémiologiques récentes confirment notamment la très large surreprésentation des personnes souffrant de schizophrénie. L’organisation des soins psychiatriques en milieu carcéral tient compte de cette complexité en mettant en place des niveauxn de prise en charge différents et hiérarchisés, dans chaque prison et par le biais de structures régionales, dont les récentes unités hospitalières spécialement aménagées. Lire la suite sur Santé Mentale.frConsulter le texte de l'intervention