Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > La cohorte Constances : une infrastructure pour la recherche et la santé publique

La cohorte Constances : une infrastructure pour la recherche et la santé publique

le 4 novembre 2016

[BEH] Constances est une cohorte « généraliste » de très grande taille en population destinée à la recherche en santé et à fournir des informations à visée de santé publique.

La cohorte est composée d’un échantillon visant à la représentativité de la population française âgée de 18 à 69 ans ; l’effectif total prévu est de 200 000 sujets. L’inclusion des participants a lieu dans les Centres d’examens de santé (CES) de la Sécurité sociale, où ils bénéficient d’un examen médical et complètent un questionnaire concernant leur santé, leurs modes de vie et un historique professionnel. Une biobanque (sang et urine) est constituée. Le suivi se fait par auto-questionnaire annuel, examen médical tous les cinq ans et par appariement aux bases de données du Sniiram (Système national d’information inter-régimes de l’Assurance maladie), de la Cnav (Caisse nationale d’assurance vieillesse) et du CépiDc-Inserm (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès).

Les données recueillies à ces différentes sources concernent la santé, les caractéristiques socioprofessionnelles, le recours aux soins, des paramètres biologiques, physiologiques, physiques et cognitifs. Un contrôle de qualité et une validation des événements de santé ont été mis en place. La prise en compte des effets de sélection s’appuie sur un échantillon aléatoire de non-participants.

Actuellement (octobre 2016), plus de 115 000 participants ont été inclus dans la cohorte et environ 3 000 nouveaux volontaires sont inclus chaque mois. Plus de 60 projets portant sur des thèmes diversifiés ont été évalués positivement par le Conseil scientifique international de la cohorte. Des partenariats public-privé ont également été mis en place, comme cela est prévu dans le cadre du financement de Constances par les Investissements d’avenir.

Source BEH