Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Publication : Dimension éthique de la stigmatisation en santé publique, outil d'aide à la réfléxion

Publication : Dimension éthique de la stigmatisation en santé publique, outil d'aide à la réfléxion

le 4 mars 2018

La stigmatisation liée à la santé est un processus social à travers lequel se construisent ou se renforcent des représentations sociales négatives à l’égard de certains groupes d’individus étiquetés sur la base de problèmes de santé jugés évitables ou sous leur contrôle.

Des comportements, des habitudes de vie, des conditions de vie ou d’autres caractéristiques personnelles se trouvent accolés à une évaluation morale renvoyant à de « bonnes » ou de « mauvaises » maladies, de « bons » ou de « mauvais » malades. Ces personnes sont considérées comme responsables et blâmées pour le risque à leur santé et, le cas échéant, pour le risque auquel elles exposent d’autres personnes. Les personnes visées voient leur identité altérée et, à l’extrême, réduite à ce problème de santé ou à cette caractéristique. Qu’elle soit effective, anticipée ou perçue, la stigmatisation jette l’opprobre sur les personnes et les groupes; elle conduit à leur disqualification sociale ou l’exacerbe.

Les conséquences de l’atteinte à l’identité et de la disqualification sociale sont variables sur le plan de la forme et de l’intensité. Elles peuvent, par exemple, affecter la personne dans sa propre représentation d’elle-même (perte d’estime de soi), la rendre plus vulnérable à des problèmes de santé, limiter son accès à des soins et services ou conduire à un traitement différent et injustifié (discrimination à l’emploi, au logement, etc.).

Lire la suite du résumé et consulter le document sur le site de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)