Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Recherche : La dépression chez les proches de patients souffrant de schizophrénie, sur 8 mois du programme ProFamille

Recherche : La dépression chez les proches de patients souffrant de schizophrénie, sur 8 mois du programme ProFamille

le 12 octobre 2017

La dépression chez les proches de patients souffrant de schizophrénie : effets longitudinaux sur 8 mois du programme ProFamille par E.Valladier, D.Willard, L.Romo, Y.Hodé, et Y.Morvanaf. In : L'Encéphale, 2017

Introduction

La schizophrénie représente un enjeu majeur de santé publique notamment en raison de la charge pesant sur les aidants, les proches et les familles. Les études actuelles montrent que les émotions négatives et notamment le niveau de dépression des membres de la famille auraient un impact négatif sur l’amélioration de l’état de santé psychique de leur proche. Afin de tester l’efficacité du programme psycho-éducatif ProFamille, une évaluation longitudinale a été initiée.

Méthode

Le niveau de dépression a été évalué par le Center for Epidemiologic Studies - Depression Scale (CES-D) à quatre reprises : 2 mois avant le début du programme (T1), au début du programme (T2), 3 mois après le début du programme (T3) et à la fin du 1er module du programme soit 6 mois après le début du programme. L’évolution du niveau de dépression a également été mise en relation avec les effets du programme sur les pensées et émotions dominantes, les connaissances et les stratégies de coping des participants.

Résultats

Les scores à la CES-D ont diminué de 7 points en moyenne, soit une baisse de 26,6 % à la fin du programme. L’évolution positive des variables « fatigue psychomotrice », « fréquence du souci personnel » et « maîtrise du souci personnel » étaient significativement associées à la diminution du score de CES-D. Seule la variable fatigue restait significativement associée à la diminution du niveau de dépression après ajustement sur les autres variables.

Conclusion

Le niveau de dépression des participants a diminué significativement au cours du programme et la diminution du niveau de « fatigue psychomotrice » des participants en est le principal contributeur.

Source Science Direct