Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Belgique : Vers une nouvelle approche du retour au travail après une longue absence

Belgique : Vers une nouvelle approche du retour au travail après une longue absence

le 17 mars 2017

Une maladie, un accident... Au 30 juin 2016, on comptait environ 381 000 personnes en invalidité de travail (plus d'un an d'absence). Et 441 000 en incapacité primaire (moins d'un an d'absence). Forcément, ces travailleurs "sur la touche" ont un coût. Rien que pour la sécurité sociale, il oscille autour des 7 milliards d'euros. Soit plus que le chômage. La brochure « Allez hop les malades, au boulot ! » réalisé par Question Santé asbl invite au débat.

Depuis des années, les spécialistes mettent en garde : lorsqu'une personne reste éloignée de son travail pendant une longue durée, sa santé et ses problèmes de santé, y compris mentaux, risquent de s'accroître. De plus, quelques mois d'absence suffisent souvent pour faire s'effondrer les chances de retrouver un emploi.
Dans ce contexte, plusieurs décisions gouvernementales récentes ont visé à mettre sur pied une politique plus volontariste, afin de réintégrer sur le marché de l'emploi davantage de personnes en arrêt de travail, et plus rapidement. Pour les personnes en incapacité ou en invalidité de travail, le message est clair : il va falloir bouger. Et retrouver le chemin de l'emploi.

Ce nouveau phénomène d'activation passe par la redéfinition du rôle du médecin-conseil des mutuelles, acteur clé du parcours de la reprise du travail, et "coach" de la reprise, en collaboration avec le médecin du travail. Mais les entreprises vont-elles "jouer le jeu"?Entre dictature de l'économie et réelle volonté de ne pas exclure - et même de soutenir - les plus fragiles, notre vision de la place du travail dans la société peut-elle rester la même ?
La brochure « Allez hop les malades, au boulot ! » invite au débat en s'appuyant sur les points suivants :

Télécharger la brochure

Source Question Santé asbl