Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Des étudiants demandent le réinvestissement des profits du cannabis en santé mentale

Canada : Des étudiants demandent le réinvestissement des profits du cannabis en santé mentale

le 5 avril 2017

[Radio Canada] Un groupe d'étudiants en santé publique de l'Université de l'Alberta réclame que l'ensemble des profits générés par l'État dans le cadre de la légalisation de la marijuana soient réinvestis dans les soins de santé mentale, notamment pour le traitement de la toxicomanie.

L’initiative est née lors d'un cours sur la promotion du système de santé publique. Les huit étudiants du groupe militant Étudiants pour la santé publique sont inscrits à la maîtrise en santé publique, en soins infirmiers et en services communautaires.

Le gouvernement Trudeau a annoncé une légalisation de la marijuana à des fins récréatives. Un projet de loi devrait être présenté d'ici cet été. Dans cette optique, les étudiants demandent que 100 % des profits en Alberta financent la recherche et le traitement des problèmes de toxicomanie, ainsi que la santé mentale.

« Nous sommes conscients qu’il y a d’autres priorités, mais la dépendance et la santé mentale sont des services qui ont été systématiquement sous-financés et tous ces revenus pourraient être dirigés [vers la création] de stratégies pour ces problématiques », indique l’étudiante à la maîtrise en soins infirmiers Stéphanie Wilkes.

Le professeur de l'école de santé publique de l'Université de l'Alberta, Cameron Wild, croit qu’il faut suivre l’exemple d’autres endroits dans le monde, tels que l’État de Washington, aux États-Unis, ou le Portugal, ayant légalisé la marijuana et utilisé cet argent pour financer les soins et la recherche en toxicomanie.

« Au Colorado, une grande proportion des profits va vers le système scolaire. Dans l’État de Washington, une grande proportion est attribuée au système de santé. Il y a aussi une grande proportion investie dans la sécurité publique et la prévention », énumère M. Wild.

Selon lui, il faut augmenter le financement de la recherche et la sensibilisation dans un contexte de légalisation pour étudier les problèmes potentiels ou les ajustements nécessaires.

Besoin de services

En 2015, la moitié des Albertains atteints de problèmes de santé mentale ou de toxicomanie ont indiqué ne pas avoir réussi à obtenir des services lorsqu'ils en avaient besoin, selon un rapport du ministère de la Santé de l’Alberta.

Le directeur général de la maison de réhabilitation Grace House, Joseph Legacy, croit que les soins en toxicomanie sont sous-financés.

« Nous pouvoir faire mieux. Plusieurs des personnes que nous aidons n’ont pas les moyens de passer par des agences privées, alors ils se tournent vers des organismes à but non lucratif comme le nôtre », indique le directeur général de la maison de réhabilitation Grace House, Joseph Legacy.

Le gouvernement de l’Alberta a augmenté lors du budget 2017-2018 de 45 millions le financement en matière de santé mentale et traitement de la toxicomanie. Le ministère de la Santé précise toutefois qu’il est trop tôt pour parler de redevances de la marijuana, puisque le projet de loi n’a toujours pas été déposé.

Source Radio Canada