Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Parler de la santé mentale autour d’une assiette

Canada : Parler de la santé mentale autour d’une assiette

le 28 octobre 2016

[uOttawa] Depuis son lancement en mai, une initiative inspirante en santé mentale, lancée par une étudiante de l’Université d’Ottawa tout aussi inspirante, gagne en force. Le projet #ConvoPlate met en vedette des assiettes de grès qu’on fait circuler au sein de la communauté. Il a été créé par l’étudiante en droit Jolene Hansell et son père, Brian, par l’entremise de la Fondation Paul Hansell, qui porte le nom de son frère de 18 ans, décédé en décembre 2010 à la suite d’un suicide.

« La #ConvoPlate, ou “assiette de conversation”, a été conçue pour inciter les gens à parler de la santé mentale au quotidien, explique Jolene. Une assiette, c’est facile à transporter, on peut l’apporter quand on est invité à souper chez quelqu’un. On peut y mettre des hors-d’œuvre, par exemple, et à mesure que les hors-d’œuvre disparaissent, la conversation se met à porter sur la santé mentale. »

Pour honorer la mémoire de Paul et aider d’autres jeunes, les Hansell souhaitent que la santé mentale devienne un sujet de conversation normal, qu’il soit aussi facile d’en parler que de n’importe quelle autre sorte de maladie.

« Nous faisons bien attention aux termes que nous utilisons, souligne Jolene. “Décédé des suites d’un suicide” ou “mort par suicide” est de loin préférable, parce que la formulation “il s’est suicidé” a des connotations négatives et met la faute sur la personne. »

Les Hansell se sont associés à l’Art Gallery of Burlington pour créer un programme d’art-thérapie qui leur permettrait de produire des assiettes.Dans le cadre des deux séances du programme, les jeunes créent et décorent deux assiettes. Chaque assiette porte le logo de la Fondation Paul Hansell et les messages « Parlons de la santé mentale » et « Poursuivons la conversation ». Les jeunes artistes rapportent une assiette à la maison pour leur propre usage, et la deuxième est numérotée et peut commencer son périple d’une main à l’autre.

Les assiettes décollent

Le projet a commencé officiellement durant la semaine de la santé mentale, en mai dernier; 43 assiettes sont alors entrées en circulation. Selon Jolene, le projet a vraiment décollé depuis. Ainsi, des personnalités bien connues ont participé au projet ou sont devenues ce que les Hansell appellent des « lanceurs de conversation », soit la première personne à donner une assiette.

« Parmi les lanceurs de conversation, les plus gros noms que nous avons eus jusqu’à maintenant sont Chris Hadfield, Roméo Dallaire et Margaret Trudeau, confie-t-elle. Deux assiettes sont passées par les mains de Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario. »

« Le Service canadien du renseignement de sécurité est le premier organisme gouvernemental à prendre une assiette, et nous avons hâte de voir à qui ils vont la donner », ajoute Jolene. Elle espère qu’une parviendra au ministre de la Jeunesse (et premier ministre) Justin Trudeau. « Nous aimerions tellement qu’il parle de ce sujet. »

Le site Web de #ConvoPlate comporte une carte qui permet de suivre les pérégrinations de certaines des assiettes. Elles ont passé par les mains de plus de 30 députés fédéraux, une douzaine de députés provinciaux et trois maires, dont le maire d’Ottawa, Jim Watson. Brian Hansell a même apporté une assiette jusqu’aux marches du Palais de Buckingham.

« Mon histoire préférée est celle du député fédéral Charlie Angus, qui a donné son assiette à des élèves d’une école secondaire de Kirkland Lake, raconte Jolene. De leur propre chef, les élèves sont devenus obsédés par l’idée de transmettre l’assiette à Rick Mercer et ont même fait (à la manière de l’animateur) un discours enflammé sur la santé mentale pour essayer d’attirer son attention. »

Source uOttawa