Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Peur et tensions en psychiatrie

Canada : Peur et tensions en psychiatrie

le 11 avril 2018

Plusieurs employés du département de psychiatrie à l’Hôtel-Dieu craignent pour leur sécurité quand ils se présentent à leur travail. Quand les patients se retrouvent en situation de crise, il manque régulièrement de personnel formé et compétent pour les contrôler. De plus, les salles d’isolement essentielles dans ce genre de situations sont souvent occupées par des patients que l’on ne peut coucher nulle part ailleurs.

« Il y a certains soirs où presque toutes les salles d’isolement sont occupées par des patients du débordement de l’urgence psychiatrique. Résultat : quand on a besoin d’une salle d’isolement maintenant, on doit sortir le patient moins agressif pour entrer le pire... Mais le patient d’avant en a toujours autant besoin. On appelle ça « le jeu de la salle d’iso musicale »! C’est très dangereux. Je ne me sens pas en sécurité dans de telles situations », déplore un employé.
Le département de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu fait en effet face à de sérieux défis actuellement : plus de patients se présentent à l’urgence, et ces cas plus lourds nécessitent des hospitalisations plus longues. Conséquence : le département et l’urgence de santé mentale sont pratiquement toujours en débordement. Le taux d’occupation frôle régulièrement les 125 % dans un département qui compte 105 lits. Les salles d’isolement sont donc régulièrement utilisées comme chambres, faute de place.

Lire la suite sur la Tribune