Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : S'engager pour améliorer les pratiques en santé mentale

Canada : S'engager pour améliorer les pratiques en santé mentale

le 12 octobre 2016

[L'Écho de Maskinonge] C'est avec le thème de l’engagement que Le Gyroscope du Bassin de Maskinongé, membre du réseau Avant de craquer, souhaite souligner la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales qui se déroule du 2 au 8 octobre.

Cette année, l’organisme invite les personnes atteintes de maladie mentale, les membres de l’entourage et les intervenants à poser un geste symbolique : s’engager à améliorer leurs modes de communication pour favoriser le rétablissement de la personne atteinte.

La communication : des pas importants ont été franchis, d’autres restent à faire

Au cours des dernières années, tant les professionnels de la santé mentale que les gestionnaires du réseau ont véhiculé l’importance de la bonne communication en lien avec le rétablissement des personnes atteintes de maladie mentale. Les familles qui soutiennent un proche ont été à même de constater les progrès significatifs effectués dans le réseau de la santé. Toutefois, beaucoup de familles rencontrent encore des embûches. Actuellement, la notion de confidentialité empêche l’équipe traitante de divulguer certaines informations concernant le patient à sa famille.

Un sondage provincial effectué par le réseau Avant de craquer auprès de 302 familles dresse un nouveau portrait sur la transmission et le partage des informations entre la famille et l’équipe traitante :

- 54% des membres de l’entourage considèrent avoir une bonne relation avec l’équipe de soins de leur proche.

- 50% des répondants se sentent écoutés par les professionnels.

- 64% des répondants croient qu’un changement d’attitude et de pratiques est nécessaire pour mieux soutenir la personne atteinte.

Publicité - Lire la suite de l'article ci-dessous

« Nous tenons aujourd’hui à remercier les professionnels de la santé d’avoir su améliorer leurs pratiques au cours des dernières années, compte tenu de la lourde charge de travail auxquels ils font face au quotidien. Les familles, qui sont aux premières loges, peuvent en témoigner : c’est en misant sur la communication que nous pouvons contribuer au rétablissement de la personne atteinte d’un problème de santé mentale et mieux la soutenir. Toutefois, encore beaucoup de travail reste à faire pour sensibiliser les professionnels du réseau de la santé sur l’importance d’écouter et de mieux communiquer avec les familles. Durant cette semaine de sensibilisation, nous invitons tous les acteurs impliqués à s’engager pour améliorer leurs modes de communication », a déclaré l’organisme, qui œuvre depuis 1994 auprès des membres de l’entourage de personnes atteintes d’un problème de santé mentale.

Source L'Écho de Maskinonge