Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Toronto s'allie avec les organisations locales pour prévenir les surdoses de fentanyl

Canada : Toronto s'allie avec les organisations locales pour prévenir les surdoses de fentanyl

le 25 janvier 2017

[Radio Canada] "Il n’est pas acceptable que des gens qui souffrent de problèmes de santé mentale et de dépendance meurent sans que nous fassions tout ce qui est en notre possible." Le maire de Toronto, John Tory

Une première rencontre entre des représentants de la Ville et plusieurs agences torontoises s'est tenue lundi. Toronto veut établir un plan d'action pour prévenir les surdoses mortelles d'opioïdes.

Une vingtaine de représentants d’agences et d’organisations locales du milieu ont participé à cette première rencontre.

Parmi eux se trouvaient notamment des représentants du corps policier et du milieu hospitalier, ainsi que des experts en santé et en dépendances.

La Ville tient à ce que tous les groupes mettent en commun leur expertise et leurs informations pour trouver des solutions au problème.

Vers un meilleur accès aux médicaments et aux soins de santé

En conférence de presse, le maire John Tory a indiqué qu’un meilleur accès à la naloxone pour les personnes aux prises avec des problèmes de dépendance est essentiel.

Ce médicament permet de neutraliser temporairement une surdose d'opioïdes, après la consommation de drogue.

Le Dr Bernard Le Foll, expert en dépendances au Centre de toxicomanie et de santé mentale à Toronto, ajoute que l’accès aux soins de santé doit être amélioré.

Le comité d’experts, mis sur pied par le Bureau de la santé publique de Toronto, doit se rencontrer une fois par mois.

Le problème de surdoses de fentanyl à Toronto n’a pas encore atteint l’ampleur de celles qui se produisent à Vancouver, mais le maire John Tory veut agir rapidement avant que la situation ne s’aggrave.

Le gouvernement de l'Ontario démontre son appui

Le ministère de la Santé a annoncé, lundi, un financement pour la création de trois centres d'injection supervisée à Toronto.

Le gouvernement accordera 1,6 million de dollars par an, en plus de 400 000 dollars pour la mise sur pied des espaces.

Toronto attend toujours une exemption de Santé Canada, afin d’aller de l’avant avec le projet. La loi fédérale interdit la possession de drogues.

Source Radio Canada