Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Luxembourg : Une expo pour sensibiliser sur les troubles mentaux

Luxembourg : Une expo pour sensibiliser sur les troubles mentaux

le 22 août 2016

[Luxemburger Wort] Mercredi, la ministre de la Santé, Lydia Mutsch a présenté l’exposition itinérante "A|Normal", une exposition de sensibilisation sur les troubles mentaux. Cette expo s’inscrit dans le cadre du Plan national de prévention du suicide au Luxembourg (PNPSL) qui a défini 33 actions prioritaires pour les années 2015-2019.

"Le gouvernement travaille sur le sujet depuis 2006. C’est une priorité de la politique et un grand défi en matière de santé publique", a rappelé Lydia Mutsch.

La situation au Grand-Duché

Au Luxembourg, le nombre de suicides est estimé à 81 cas probables rien que pour l’année 2015, contre 85 cas en 2014. L’ampleur du problème est encore plus importante lorsque l’on sait que le taux de tentatives de suicide est de 10 à 20 fois plus élevé que celui des suicides accomplis. 

"Il s'agit véritablement de briser un tabou, et d'en parler aussi dans les écoles, car les plus jeunes sont aussi touchés. Le suicide constitue même une des principales causes de décès auprès des jeunes entre 25 et 29 ans", a précisé la ministre.

Avec un taux de suicide standardisé selon l’âge de 8,7 par 100.000 habitants pour l’année 2012, le Grand-Duché se situe en dessous de la moyenne européenne.

Le nombre de suicides dans l’Union européenne des 28 s’élevait à 61.929 pour l’année 2012, ce qui correspond à un taux standardisé de mortalité par suicides de 12 par 100.000 habitants.

Le suicide est le résultat d’interactions complexes entre différents facteurs de risque et de protection. Néanmoins, tout suicide est évitable et les moyens de réduire de manière significative le nombre de décès par suicide existent.

La prévention du suicide concerne tout le monde

Parmi les priorités de ce plan figure la prévention au sens large du terme, ciblé sur les populations à risque, les jeunes, les personnes âgées, tout comme la poursuite de la décentralisation des structures d’aide, les formations spécifiques et les prises en charge thérapeutiques.

"Chacun a un rôle important à jouer dans la prévention du suicide, en commençant par les structures de santé, les écoles, mais aussi le monde de l’entreprise et la communauté au sens large", a expliqué le Dr Fränz D’Onghia, du Centre d’information et de prévention. "C’est en œuvrant ensemble que nous parviendrons à sauver des vies.".

Source Luxemburger Wort