Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Maroc : Révélations alarmantes sur les dépressions en prison

Maroc : Révélations alarmantes sur les dépressions en prison

le 1 décembre 2016

[Kiosques360] Un rapport établi par le syndicat des employés de prisons vient de révéler des données choquantes sur les conditions de travail de cette tranche de l’Administration pénitentiaire. Selon cette étude, 56% des employés de prison souffrent de dépression nerveuse.

Un rapport établi par le syndicat national des cadres de la délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion vient de révéler des données choquantes sur la situation des prisons au Maroc. Selon ce rapport, les tentatives de suicide des employés de prisons répondent à un état psychique très détérioré. Un sondage mené par le syndicat des cadres de la délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion révèle ainsi que 56% des employés de prison souffrent de dépression nerveuse, alors que 29% d’entre eux sont atteints d’autres maladies psychiques et nerveuses, rapporte le quotidien Al Akhbar dans son édition de ce lundi 28 novembre.

D’après le journal, le syndicat affirme que, «partant de cet état de faits très grave, il faudrait absolument prendre des décisions afin d’éviter que la situation ne s’aggrave davantage».

Al Akhbar rapporte également que 74% des employés de prison ont affirmé que la société affichait, vis-à-vis d'eux, un sentiment de mépris.

Sur tout un autre sujet, le syndicat révèle également que certains pénitenciers affichent un surnombre de l’ordre de 300%. Cette situation s’explique par la mauvaise affectation des prisonniers sur l’ensemble du territoire. S’y ajoute la problématique de la détention provisoire. Selon l’étude, les détenus provisoires représentent 40% de l’ensemble des prisonniers. Cette situation, désormais peu gérable, impacte négativement le travail des employés de prison. Par exemple, il n'y a qu'un médecin pour 800 prisonniers, un chirurgien pour 1.200 détenus et un infirmier pour 190 captifs. Un véritable chaos!

Source Kiosques360