Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Nigéria : Une campagne pour prévenir le suicide

Nigéria : Une campagne pour prévenir le suicide

le 31 mars 2017

[Blog Infosuicide.org] The Lagos University Teaching Hospital (LUTH) institut de recherche et de prévention du suicide a lancé jeudi 23 mars 2017 une campagne “One more Day”, "Une journée de plus" pour aider à réduire les suicides dans la société.

Prof. Chris Bode, directeur médical en chef de LUTH a déclaré aux journalistes à Lagos que la campagne a été lancée pour réduire la tragédie du suicide et ses effets négatifs sur le grand public.
"Nous lançons aujourd'hui un programme pour encourager d'autres qui sont déjà en marche pour mettre fin à cette tragédie indésirable dans notre société.
«Nous l'appelons« One More Day »parce que quand les gens se sentent désespérés et n'ont plus rien à gagner dans la vie, ils commencent à envisager l'idée de prendre leur propre vie.
"Cet acte peut être évité si nous prenons notre temps pour parler plus aux gens sur les questions qui pourraient conduire à une rupture émotionnelle et les empêcher de telle pensée", at-il dit.
Dr Rafael Ogbolu, un psychiatre consultant a déclaré que la campagne a été mis en place pour créer une occasion pour les personnes qui tentent de se suicider pour obtenir l'aide nécessaire.
Ogbolu qui est le coordinateur de l'Institut de recherche et de prévention du suicide a déclaré que 7,2 pour cent des cas référés à la consultation psychiatrique dans la LUTH étaient liés au suicide.
"Il a également été rapporté qu'au cours de leur vie, environ 3,0 pour cent des Nigérians ont eu des pensées sur la fin de leur vie.
"Cette initiative n'est pas une réflexion après, mais compte tenu des événements de ces derniers jours nous ont fait passer à l'action pour stopper immédiatement ce qui se passe.
«L'idée est de s'assurer que les gens peuvent demander de l'aide au moment où ils envisagent de se suicider, l'objectif est de les amener à reporter l'acte d'un jour avec l'intention que nous allons l'atteindre et avoir un plan de traitement pour eux , "il a dit.
Il a dit que les agents de santé étaient particulièrement un groupe à risque de suicide en raison des effets traumatiques dans le traitement des décès et des liens avec leurs patients.
«L'objectif de cette initiative est de cibler ce groupe à risque et de trouver des moyens de les aider», a-t-il déclaré.
Le Dr Yewande Oshodi, un psychiatre consultant a également noté que la stigmatisation de la santé psychiatrique et mentale avait rendu difficile pour les gens de venir chercher de l'aide.

Consulter l'article original (en anglais)

Source Blog Infosuicide.org