Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Québec : Cinq fois plus d'électrochocs en psychiatrie dans le Centre-du-Québec

Québec : Cinq fois plus d'électrochocs en psychiatrie dans le Centre-du-Québec

le 12 juin 2016

[L'Express] De fait, selon des chiffres de la Régie de l'assurance-maladie du Québec, l'Hôpital Sainte-Croix de Drummondville et l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska de Victoriaville ont réalisé 1249 séances d'électrochocs en 2015. Cela représente 5.2 électrochocs par 1000 habitants, tandis que la moyenne québécoise est de 1.37 par 1000 habitants.

Ces données étaient similaires en 2014 avec 1232 séances alors qu'en 2011, on en dénombrait 480, soit un ratio de 2.0 par 1000 habitants.

Guillaume Cliche, agent d'information au CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec, indique que cette augmentation est «normale» pour différentes raisons.

Ce qui se passe au Centre-du-Québec tend à démontrer que le recours aux électrochocs est davantage fonction des croyances personnelles de certains médecins que de l'état de santé objectif des patients.

Malgré les demandes répétées du comité Pare-Chocs auprès du ministère de la Santé et de l’avis de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux qui considérait dès 2002 que les incertitudes quant à l’efficacité et aux risques de l’ECT demeurent importantes, la pratique des électrochocs est toujours sans surveillance au Québec, au grand désespoir de M. Goulet.

Source L'Express