Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Québec : La réinsertion mise en avant en santé mentale

Québec : La réinsertion mise en avant en santé mentale

le 1 septembre 2016

[Canoe] Ce sont 58 maisons d'accueil pour les personnes souffrant de maladie mentale qui devront continuer d'offrir des services avec des vivres en moins à Shawinigan.

Le gouvernement distribuera l'argent autrement pour faciliter leur intégration dans la société, une décision qui ne fait pas l'unanimité.

Sans financement, la majorité de ces 58 maisons d'accueils devra sans doute cesser ses activités. Les 178 résidents atteints de problème de santé mentale seront redirigés vers d'autres ressources qui visent davantage la réinsertion sociale et l'autonomie.

«Il va peut-être arriver des incidents malheureux. Dans le groupe, il y a des toxicomanes qui sont sous surveillance 24 h par jour et qui doivent être fouillés après leurs sorties. On s'expose», avance Réjean Simoneau, président du RESSAQ, l'organisme qui regroupe ces différents centres.

Tout le monde ne s'inquiète pas de la même manière.

«Quand on exclut ces gens dans des groupes fermés, ça fait peur à la population et créé une stigmatisation importante», affirme Yves Blanchette, du Regroupement des organismes de base en santé mentale de la Mauricie.

Différents programmes sont déjà en place. Au SIT, on facilite l'accès au travail. On y fait des vitraux et de l'emballage. Le travail, c'est la meilleure médication qui existe pour Eddy.

«C'est facile de laisser ces gens de côté, mais il faut des organismes pour nous aider. En travaillant ici, on se sent utile à la société et on brise l'isolement», explique-t-il.

Plusieurs de ces travailleurs y ont d'ailleurs développé leur autonomie. Ils ne vivent plus en résidence et ont maintenant leur propre appartement.

Source Canoe