Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Royaume-Uni : Pourquoi ce que nous pensons savoir sur la schizophrénie est faux

Royaume-Uni : Pourquoi ce que nous pensons savoir sur la schizophrénie est faux

le 20 mai 2019

Quand le romancier et ancien infirmier en santé mentale, Nathan Filer, a rencontré un patient qui ne voulait pas prendre ses médicaments, cela lui a permis de voyager dans le monde complexe et contradictoire de la schizophrénie.

Je me souviens de la première fois que j'ai médicamenté de force une personne contre sa volonté. C'était il y a 13 ans, peu de temps après ma qualification d'infirmier en santé mentale, et j'avais commencé ma carrière à travailler dans un service psychiatrique fournissant une évaluation et un traitement aux adultes en phase aiguë de maladie mentale grave.

Il y a un patient (ou un utilisateur de service, un client, un fils, un frère ou un ami, selon votre demande) que j'appellerai Amit. Amit refusait tout médicament depuis près de trois semaines et avec raison. Le médicament que nous lui offrions contenait un poison. Il avait été prescrit par un médecin qui voulait lui faire du mal. En fait, ce médecin - un psychiatre consultant - avait été radié du registre médical pour avoir abusé d'Amit lors d'admissions antérieures et travaillait donc illégalement dans le service. Plusieurs membres du personnel infirmier le savaient et étaient au courant.

Pendant la séance de médication du matin, Amit se tenait à la porte de la clinique du service et me surveillait de près. Il observa le mouvement de mes mains sur le chariot à médicaments pendant que je remplaçais secrètement ses comprimés habituels par des comprimés nocifs.

Lire la suite de l’article (en anglais) sur The Guardian