Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Royaume-Uni : Prince Harry, son discours sur l'importance de la santé mentale dans l'armée

Royaume-Uni : Prince Harry, son discours sur l'importance de la santé mentale dans l'armée

le 12 octobre 2017

Ancien membre de l'armée britannique, le prince Harry a tenu un discours sur l'importance de la santé mentale au sein des forces armées au ministère de la Défense du Royaume-Uni.  

En tant qu'ancien officier et pilote d'hélicoptère de l'armée britannique, le Prince Harry sait de quoi il parle. Ce lundi, le compagnon de Meghan Markle a donné un discours au sein du ministère de la Défense britannique à propos de la santé mentale des soldats, mise à rude épreuve dans l'armée.

Le prince a expliqué que ses dix ans passés dans l'armée lui avaient appris tous «les sacrifices» que faisaient ses membres pour le pays, parfois au détriment de leur santé mentale.

Des sacrifices notamment liés à la réduction des effectifs de l'armée qui leur demande un investissement total. «Nous devons les considérer comme des athlètes de haut niveau (...) Les sportifs se concentrent beaucoup sur leur mental pour s'entraîner comme lors des compétitions» a-t-il expliqué. Une partie que ne devrait pas être négligée chez les soldats d'après le prince : «Quand j'étais à l'armée, j'ai vu à quel point le conditionnement physique était important et comment nous nous échauffions avant chaque course ou marche chargée pour réduire le risque de blessure. Nous devons avoir la même approche pour notre santé mentale».

Un travail à la charge du ministère de la Défense et de la Fondation Royale qui vont placer la santé mentale au coeur des entraînements des soldats. L'homme aujourd'hui âgé de 33 ans a démissionné de l'armée en 2015 pour des questions de sécurité liées à son statut de prince. Aujourd'hui, il se consacre à ses obligations royales pour seconder la reine. La semaine dernière, il s'est rendu aux Invictus Games accompagné de sa compagne Meghan Markle, l'embrassant pour la première fois sous l'objectif des photographes. 

Source Le Parisien