Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Suisse : Psychiatrie, Genève aide une ONG au Guatemala

Suisse : Psychiatrie, Genève aide une ONG au Guatemala

le 5 juillet 2017

[Tribune de Genève] Le Prix de Genève pour les droits de l’homme en psychiatrie récompense Alas Pro Salud Mental.

Comment promouvoir une psychiatrie respectueuse des droits de l’homme, dans des endroits où ce respect ne va pas de soi? La Fondation du Prix de Genève pour les droits de l’homme en psychiatrie (www.geneva-prize.ch) s’y emploie, en allouant des fonds à des projets courageux. Cette année, elle récompense l’ONG Alas Pro Salud Mental, dirigée par le Dr Jorge Alejandro Paiz Macz, qui lutte contre la discrimination des malades mentaux au Guatemala.

Pourquoi cette ONG? «Parmi les 15 candidatures que nous avons reçues, la réussite de ce projet sur le terrain nous a frappés», explique le président de la fondation François Ferrero, professeur honoraire de l’Université de Genève et ancien responsable de la psychiatrie aux Hôpitaux universitaires de Genève. «Le contexte dans lequel les gens travaillent nous importe. Cette ONG s’active dans une zone de 50 000 habitants, une région pauvre et violente qui a souffert de la guerre civile et des catastrophes naturelles. Y sévit une très forte discrimination envers les populations indigènes qui parlent maya.»

Le travail «courageux, méritoire et dangereux» de Alas Pro Salud Mental est salué. L’ONG a réalisé quatre programmes, jugés particulièrement bien construits et ancrés dans la réalité. Le premier facilite l’accès aux soins et aux médicaments; le deuxième vise à informer la population – par des ateliers dans les écoles et des émissions de radio, où l’on parle de discrimination et de santé mentale; troisièmement, l’ONG forme les soignants, les enseignants et les travailleurs sociaux, en collaboration avec des médecins de premier recours. Enfin, elle organise des groupes de patients. A noter, de plus, que l’ONG a développé un programme avec l’Ecole polytechnique de Paris et finance des microcrédits pour aider la population.

Source Tribune de Genève