Vous êtes dans : Accueil > Droits en psychiatrie > Dérives sectaires et psychiatrie

Dérives sectaires et psychiatrie

Qu’est-ce qu’une dérive sectaire, dérives sectaires en santé, dérives sectaires en psychiatrie, conseils pratiques : s’interroger et réagir, recours face à une dérive sectaires.

Qu'est-ce qu'une dérive sectaire ?

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) définit la dérive sectaire comme « un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion, qui porte atteinte aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes, à l’ordre public, aux lois ou aux règlements. Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but d’exercer une sujétion psychologique sur une personne, au point de la priver de son libre arbitre, et de l’amener à commettre des actes dommageables pour elle-même, son entourage ou pour la société ».

La dérive sectaire est un phénomène en pleine expansion en France. Selon un sondage réalisé pour le Service d’information du Gouvernement par l’institut IPSOS en septembre 2010 :

Dérives sectaires en santé

La Miviludes a édité en 2012 le guide Santé et dérives sectaires , destiné à aider au repérage des situations de danger et à proposer des outils pratiques pour réagir en conséquence. Il s’adresse aussi bien aux professionnels de la santé qu’aux particuliers confrontés à de telles situations.

Les dérives sectaires dans le domaine de la santé représentent près de 25 % de l’ensemble des signalements reçus par la Miviludes.

Les promesses et recettes de guérison, de bien-être et de développement personnel sont au cœur des pratiques à risque de dérives sectaires. Celles-ci proviennent de groupes organisés à dimension internationale ou de la multitude de « gourous thérapeutiques » isolés, ou organisés entre eux en réseaux.

Le danger réside dans les pratiques alternatives qui aboutissent, par l’emprise exercée par le pseudo-thérapeute sur le malade, à détourner ce dernier des traitements conventionnels. Avec pour conséquence une perte de chance de guérison, voire un risque vital. Mais aussi une rupture avec la famille ou l’entourage, des exigences financières de plus en plus fortes, l’existence d’atteintes à l’intégrité physique, l’embrigadement des enfants…

La Miviludes estime qu’aujourd’hui :

Téléchargez la brochure du Psycom Dérives sectaires et psychiatrie (pdf - 642,70 ko)