Vous êtes dans : Accueil > Médicaments psychotropes > Médicaments psychotropes > Anxiolytiques et hypnotiques

Anxiolytiques et hypnotiques

Les anxiolytiques (ou tranquillisants), sont des médicaments psychotropes généralement utilisés pour soulager l’anxiété, les troubles anxieux, mais aussi les troubles du sommeil.  Les hypnotiques (ou somnifères) sont utilisés pour traiter les troubles du sommeil.

Qu'est-ce qu'un médicament psychotrope ?

Les cellules nerveuses (neurones) synthétisent des substances appelées neuromédiateurs (ou neurotransmetteurs), principalement : la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. Ces neuromédiateurs interviennent dans le fonctionnement des neurones.

On observe une perturbation de ces neuromédiateurs dans certains troubles, comme les troubles dépressifs, les troubles bipolaires, les troubles anxieux ou les troubles schizophréniquesLes médicaments psychotropes agissant sur ces neuromédiateurs sont utilisés pour lutter contre les troubles psychiques. Ils ont aussi des effets autres que psychiques, ce qui explique d'ailleurs certains de leurs effets indésirables.

Anxiolytiques et hypnotiques : qui est concerné ? 

En 2010, 6% des français de 18 à 75 ans ont déclaré consommer des hypnotiques (Source OFDT ) . Globalement, la consommation de benzodiazépines a un peu diminué depuis les années 2000, mais reste élevée. En 2015, environ 13,4 % de la population française a pris au moins une fois une benzodiazépine, contre l’anxiété ou pour dormir (Source ANSM ). Cette utilisation est plus fréquente chez les femmes (16,6 %) que chez les hommes (9,7 %). Elle augmente avec l’âge et est maximale chez les femmes âgées de 80 ans et plus (38 %) (OFDT , Ibid cit.). 

Quels effets ? Quelles précautions ?

L’objectif d'un traitement par médicament psychotrope n’est pas de normaliser la pensée ou de modifier la personnalité. L’objectif premier est de soulager la souffrance de la personne et de diminuer les troubles psychiques, afin d'avoir la meilleure vie possible.

Les anxiolytiques sont principalement des benzodiazépines (et apparentés). Certains antidépresseurs, des antihistaminiques, des bêtabloquants et certains neuroleptiques sont aussi utilisés pour soulager des troubles anxieux. Les hypnotiques (ou somnifères) sont aussi principalement des benzodiazépines (ou apparentés) et certains antihistaminiques. Dans les troubles anxieux, les traitements non médicamenteux (thérapies cognitivo-comportementales (TCC), relaxation, etc.) sont à privilégier. 

Les benzodiazépines ne sont efficaces que sur de courtes durées.Au-delà, leur efficacité disparaît et leurs effets indésirables persistent (troubles de la mémoire, chutes, surtout chez les personnes âgées, risque de démence, etc...).

Il est recommandé de ne pas dépasser 4 semaines de traitement pour les troubles du sommeil et 12 semaines pour les troubles anxieux. Au-delà on s’expose à un risque de dépendance physique et psychique, qui rend l’arrêt difficile. L’arrêt de ces traitements doit être progressif et de préférence accompagné par un soignant.

Un programme d'actions pour favoriser le bon usage des benzodiazépines a été mis en place par le Ministère de la Santé. Et la Haute autorité de santé (HAS) a publié une fiche mémo pour aider les médecins à réduire les prescriptions au long cours des benzodiazépines, que ce soit dans l’anxiété ou dans l’insomnie.

Précautions particulières

Femmes enceintes (ou susceptibles de le devenir), femmes allaitant : il est prudent de vérifier avec un professionnel de santé l’absence d’éventuels effets nocifs pour la grossesse ou l’enfant à naître. D’autres options peuvent être à envisager (pour aller plus loin le CRAT  et ANSM).

Personnes âgées : les posologies des médicaments sont souvent à adapter à l’état cardio-vasculaire, cognitif, rénal et hépatique. Les personnes âgées sont particulièrement sensibles aux effets indésirables des médicaments, ce qui justifie souvent des posologies plus faibles que celles utilisées chez l’adulte.

Les médicaments ne résument pas le traitement

Le médecin, psychiatre ou généraliste, après avoir identifié les symptômes d'un trouble psychique, peut prescrire, si besoin, un traitement par psychotrope. Il propose un accompagnement psychologique et médical pendant la durée du traitement (évaluation des effets bénéfiques et surveillance des effets indésirables).

Le traitement des troubles psychiques fait appel à de multiples moyens : contacts réguliers avec des soignantspsychothérapie, réhabilitation psychosociale, accompagnement socialentraide mutuelle, etc. Les médicaments ne sont qu’une partie du traitement qui peut aider la personne dans son parcours de rétablissement. 

Le dialogue est essentiel
Il est parfois difficile de parler de ses troubles psychiques et de ses traitements. Pourtant, c’est essentiel pour être compris. Le rôle des soignants est d’aider les patients à obtenir une vie meilleure, en tenant compte de leur vécu et de leur savoir sur la maladie. Un dialogue ouvert avec les soignants est un élément essentiel pour la prise en compte des besoins et des difficultés des patients.
Vous pouvez utilement consulter la rubrique : Conseils pour favoriser le dialogue sur les médicaments

En savoir plus sur les médicaments psychotropes

Vous vous posez des questions sur un anxiolytique/hypnotique en particulier ?

Vous pouvez consulter en premier lieu le site base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr  du Ministère de la santé.

Vous y trouverez : le résumé des caractéristiques du produit (RCP), dont les utilisations thérapeutiques autorisées, précautions d’emploi, contre-indications, prix, taux de remboursement, la notice d’utilisation dans sa version la plus récente, FAQ médicament, etc.

Vous souhaitez déclarer un effet indésirable d'un anxiolytique/hypnotique ?

Qu’il soit mentionné ou non dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) ou dans la notice, tout effet indésirable suspecté d’être dû à un médicament doit être déclaré aux autorités compétentes. Que vous soyez patient, proche de patient, association de patients ou professionnel de santé, vous pouvez faire cette déclaration sur le site Signalement-sante.gouv.fr

 

Rédaction : Psycom, mai 2018