Vous êtes dans : Accueil > Site mobile > Actualités > Pour en savoir plus > Le Monde : "Freud, père missives. "Correspondance 1904-1938", d'Anna et Sigmund Freud"

Le Monde : "Freud, père missives. "Correspondance 1904-1938", d'Anna et Sigmund Freud"

le 16 novembre 2012

Au début, il s'inquiète de sa santé à elle : "A ton âge, il faut encore prendre du poids sans avoir peur de devenir trop grosse."  A la fin, il la rassure sur sa santé à lui : "J'ai incroyablement bien supporté la canicule, peut-être grâce à la nitroglycérine que j'avais prise à titre préventif."  Trente-quatre années séparent les deux lettres.

Anna a 8 ans quand elle reçoit la première, Sigmund en a 82 quand il écrit la seconde. Tout père, dans de pareilles situations, pourrait dire les mêmes mots à sa fille. Sous n'importe quelle autre plume, de telles phrases susciteraient au pire l'indifférence, au mieux l'attendrissement. Rédigées par Freud et destinées à sa fille cadette, elles prennent forcément un autre relief.

Site Le Monde