Vous êtes dans : Accueil > Site mobile > Changer de regard > Actions de sensibilisation du Psycom

Actions de sensibilisation du Psycom

Le Psycom développe des actions de sensibilisation sur la psychiatrie et la santé mentale. Il s'agit d'une première étape pour les publics confrontés à ces problématiques et qui veulent s'outiller pour mieux y répondre.

Stigmatisation

La stigmatisation dont peuvent souffrir les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale est le résultat d’idées reçues et de fausses croyances sur les pathologies et la psychiatrie. Elle entraine discrimination et exclusion sociale dans tous les domaines (familial, amical, professionnel, social…).

Les représentations sociales lient la « folie » et la « maladie mentale » à la violence, au danger et à l’imprévisibilité. Combattre ces idées reçues est un exercice compliqué car cela déstabilise une structure affective de la pensée.
 
C’est pourtant l’objectif que s’est fixé le Psycom en développant des actions de sensibilisation. Ces actions auprès de petits groupes de personnes concernées mais non initiées aux problèmes de santé mentale, permettent :

Elles ont été construites et sont animées par des usagers des services de psychiatrie, en partenariat avec d’autres acteurs intervenant dans le champ de la santé mentale.

Auprès de qui ?

Le Psycom a choisi d’orienter en priorité son action auprès des élus et des médias, qui sont en contact régulier et direct avec une grande diversité de groupes sociaux. Ces cibles sont toutes deux, pour des raisons différentes sollicitées par un large public. Elles peuvent contribuer de manière forte à un changement des attitudes, car elles sont entendues, accessibles et reconnues.

Depuis 2012, le Psycom participe, en lien avec l’ARS Ile-de-France, au développement des Conseils locaux de santé mentale (CLSM)  en proposant gratuitement aux équipes municipales une sensibilisation aux questions liées à la santé mentale. Découpés en deux demi-journées, cette action éclaire les troubles psychiques et l’organisation des soins et proposent une réflexion globale sur l’intégration citoyenne des personnes concernées par un problème de santé mentale

Pourquoi ces actions de sensibilisation ?

L’intégration citoyenne des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale passe par le développement d’une offre de soins et d’accompagnement social garantissant continuité et proximité.

Toutefois, elle ne sera effective que si les élus prennent la mesure du rôle qu’ils ont à jouer dans la réponse collective aux questions de santé mentale sur leur territoire. En effet, même si la santé ne relève pas directement de leurs prérogatives, les élus tiennent la plupart des leviers agissant sur la santé (logement, droits, sécurité, éducation, culture, handicap…) et sont responsables du bien-être de leurs concitoyens. Confrontés aux problèmes de santé mentale dans l’exercice de leur missions, ils sont souvent démunis pour y répondre, tant les problématiques sont complexes, mal connues et stigmatisées.

Comment intervenir ?

Les acteurs principaux des actions

Il est nécessaire d’élaborer ce type de projets dans un espace de concertation, de discussion et d’échanges de points de vue, pour réussir à comprendre les mécanismes de la stigmatisation, l’univers du public visé, l’approche et la pédagogie nécessaire pour amener une réflexion… C’est le rôle du comité de pilotage des actions.

Le comité de pilotage a défini les objectifs, construit les contenus des actions, les stratégies d’approche des publics cibles, ainsi que la méthodologie d’évaluation. Ce comité permanent est la cheville ouvrière de toutes les actions à venir.

Les contenus des actions

Ces actions poursuivent 3 objectifs :

Un travail collectif interactif est mené sur les "Mythes et les réalités sur la santé mentale" et des personnes directement concernées sont invitées à dialoguer avec les participants. La sensibilisation se clôt par l’intervention d’acteurs locaux (professionnels de la psychiatrie) et d’un pair élu, qui abordent avec les participants les difficultés liées aux questions de santé mentale et rappellent les ressources de leurs territoires.

 

Evaluation de ces actions

Depuis 2011, trois communes en ont bénéficié gratuitement. D’autres acteurs ont été sensibilisés sur un format plus court (acteurs de prévention, de la formation professionnelle, du soin…).

Les évaluations se déclinent en 3 temps :

 - recueil des attentes et une évaluation du degré de motivation par téléphone avant la rencontre.
 - questionnaire à « chaud » à la fin de la deuxième partie
 - évaluation à « froid » par téléphone, quelques jours après la deuxième partie.

Elles mesurent différents niveaux de l’action (le projet, le processus, les résultats), prennent en compte les attentes des participants pour adapter le contenu à leur besoins et interviennent sur différents temps pour en mesurer l’impact.

Les résultats globaux de ces actions sont positifs et indiquent une intention d’agir et une meilleure compréhension des sujets traités. En revanche, la mesure des résultats est partielle concernant le changement des comportements car les moyens d’évaluation développés prennent en compte le discours des participants et non leurs actions à postériori. Les éléments périphériques (implication personnelle, les perceptions avant/après, les intentions d’agir…) renseignent toutefois sur l’impact de ces rencontres.

Pour en savoir plus consulter la synthèse des évaluations :

Evaluation globale (pdf - 75,31 ko)

Nous contacter

Tout public intéressé par ce projet peut contacter le Psycom et mobiliser ses équipes sur ces problématiques. Ces actions sont adaptées aux demandes spécifiques de chacun.
Contact : Sophie Arfeuillère – Chargée de mission.


Les actions de sensibilisation en vidéo

Rubrique présentant des vidéos qui illustrent les actions de sensibilisation du Psycom.