Vous êtes dans : Accueil > Site mobile > Espace Presse > Mythes et réalités de la santé mentale > Idées reçues en psy

Idées reçues en psy

Pour amener une réflexion sur les représentations sociales il est nécessaire de les déconstruire. Opposer les mythes à la réalité de ce que sont les maladies mentales est un outil intéressant à développer. Cette rubrique donne quelques orientations possibles.

Introduction

Une idée reçue est une croyance qui constitue la bibliothèque de nos schémas de pensées. Pas toujours fausse mais jamais éprouvée, elle permet de classer nos idées. Les idées reçues sont construites et transmises par l’environnement familial, social, culturel et l’histoire de chaque individu.
Une idée reçue (le mythe) est d’autant plus acceptée et adoptée par chacun qu’elle convient à notre système de pensée et reste conforme à nos dispositions en nous offrant une réponse simple à des questions complexes. Elle répond à une stimulation émotionnelle et non intellectuelle.
Le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale inspire de nombreuses fausses croyances, de nombreux mythes, qu’il convient de confronter à la réalité. En voici quelques exemples.

« Les problèmes de santé mentale ne me concernent pas »

Aucune famille n’est à l’abri d’un problème de santé mentale (dépression, anxiétés, addictions, schizophrénie, anorexie…)

« Maladie mentale, handicap mental, retard mental, déficience mentale : c’est la même chose. »

Maladie mentale et déficience mentale sont donc deux problèmes différents.

« Les schizophrènes sont dangereux et violents. Ils tuent souvent des gens. »

PAR CONTRE…

Les patients suivis en psychiatrie sont donc plus victimes qu’agresseurs.

« La seule façon de soigner les malades mentaux c’est de les enfermer à l’hôpital psychiatrique et de leur donner des médicaments. »

A NOTER

Le soin psychiatrique s’opère le plus souvent en dehors de l’hôpital psychiatrique et comprend bien d’autres solutions que les médicaments.

« Quand on a des problèmes de santé mentale c’est pour la vie, on ne peut pas vraiment en guérir. »

La notion de rétablissement est de plus en plus défendue pour tous les troubles psychiatriques de la dépression à la schizophrénie.

« Les médecins généralistes traitent plus les maladies somatiques que les maladies mentales. »

Les médecins généralistes sont les premiers interlocuteurs choisis par la population générale pour entendre un problème de santé mentale.

« Les problèmes de santé mentale c’est personnel, cela ne concerne pas l’entreprise ou l’employeur. »

Le milieu du travail doit être sensibilisé aux questions de santé mentale, car elles comptent dans leur rang des personnes concernées.

« Les malades mentaux ne peuvent pas travailler. »

Les personnes qui vivent avec des troubles psychiques sont discriminées à l’embauche.

« Les enfants n’ont pas de problèmes de santé mentale. »

Les problèmes de santé mentale peuvent se révéler tôt dans la vie. Plus le diagnostic est précoce, plus les conséquences des maladies peuvent être maitrisées.