Vous êtes dans : Accueil > Site mobile > Soins et accompagnements > Organisation des soins psychiatriques > Lieux de soins

Lieux de soins

CMP, hôpital de jour, foyer de post-cure ? Cette rubrique vous aide à mieux comprendre les spécificités de ces lieux de soins.

Pour trouver l'adresse d'un lieu de soins, consulter la rubrique Où s'adresser ?

Accueil familial thérapeutique (AFT) : l'accueil familial thérapeutique consiste à organiser le séjour à plein temps d'un patient dans une famille d'accueil, pour une durée variable, tout en lui proposant les soins nécessités par son état.

Appartement thérapeutique : les appartements thérapeutiques s'adressent aux personnes seules ou en couple, avec ou sans enfant qui se trouvent en situation de fragilité psychologique, sociale ou financières et nécessitent des soins et un suivi médical. Une prise en charge médicale, psychologique et sociale de la personne est assurée et offre un logement individuel de relais à titre temporaire.

Atelier thérapeutique : un atelier thérapeutique est une activité encadrée par un personnel soignant dont l'objectif est de permettre une évaluation des capacités d'autonomie globale du bénéficiaire. Il s'agit d'une activité transitionnelle non-rémunérée permettant d'aller vers une réinsertion professionnelle progressive.

Bureau d'aide psychologique universitaire (BAPU) : les BAPU assurent des consultations médico-psychologiques pour les étudiants et les élèves de classes terminales.

Centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogues (CAARUD) : les CAARUD sont issus de la loi du 9 août 2004 qui visait notamment à regrouper les dispositifs de réduction des risques au sein de structures uniques. L’accueil est anonyme et gratuit. Il s’adresse à des personnes qui ne sont pas encore engagées dans une démarche de soins ou à celles dont les modes de consommation ou les drogues consommées exposent à des risques majeurs (infections, notamment hépatite C, accidents, etc.). Une attention particulière est portée aux usagers les plus marginalisés.

Centre d'accueil et de crise (CAC) : les CAC sont, comme les CAP, des lieux d'accueil, de soins, d'orientation ou d'hospitalisation pour une durée brève des patients en état de crise. Ils assurent aussi une permanence téléphonique et des consultations psychiatriques en urgence.

Centre d'accueil familial spécialisé (CAFS) : les CAFS fédèrent et assurent un suivi et un soutien aux familles d’accueil. Ils ont pour objectif de mettre à la disposition des enfants ou adolescents un environnement psychologique, éducatif et affectif complémentaire de celui qu’ils peuvent trouver dans leur entourage.

Centre d'accueil permanent (CAP) : les CAP sont, comme les CAC, des lieux d'accueil, de soins, d'orientation ou d'hospitalisation pour une durée brève des patients en état de crise. Ils assurent aussi une permanence téléphonique et des consultations psychiatriques en urgence.

Centre d'activités de jour médicalisé (CAJM) : il s’agit de structures autonomes ou situées au sein d’un foyer, médicalisées ou non, qui accueillent de façon séquentielle par demi-journée ou journées complètes des adultes en situation de handicap à partir de 20 ans, vivant à domicile ou en foyer d’hébergement, reconnus partiellement, temporairement ou définitivement inaptes au travail par la MDPH.

Centre d'activités thérapeutiques à temps partiel (CATTP) : les CATTP sont un des moyens du  dispositif de santé mentale mis à la disposition de la population dans le cadre de la sectorisation. Ils consistent à proposer aux patients des actions de soutien et de thérapeutique de groupe visant à maintenir, ou favoriser, une existence autonome. Le CATTP propose des activités en séquences d'une demi-journée qui s'appuient entre autres sur la musique, la peinture, l'expression corporelle, le théâtre. Elles favorisent par le biais de ces médiations, les approches relationnelles, la communication, l'affirmation de soi.

Centre d'adaptation psycho-pédagogique (CAPP) : les CAPP constituent des structures d’aide et de soutien visant à favoriser la prévention, l’adaptation et l’intégration scolaire, personnelle et sociale des enfants et adolescents en difficulté. L'équipe composée de médecins-psychiatres, de psychologues, de rééducateurs, d'orthophonistes, de psychomotriciens, d'assistants sociaux accueille tous parents inquiets par les comportements de leurs enfants.

Centre de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) : les CSAPA s’adressent aux personnes en difficulté avec leur consommation de substances psychoactives. Leur mission s’étend également aux personnes souffrant d’addictions sans substance (en particulier le jeu pathologique). Ils remplacent les centres spécialisés de soins aux toxicomanes (CSST) et les centres de cure ambulatoire en alcoologie (CCAA) en les rassemblant sous un statut juridique commun.

Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) : les CHRS ont pour vocation d'accueillir des personnes rencontrant des difficultés économiques, de santé ou d'insertion, en vue de les aider à accéder ou à recouvrer leur autonomie personnelle et sociale. L'hébergement reste temporaire le temps de développer des alternatives à ces situations avec l'aide des travailleurs sociaux.

Centre médico-social (CMS) : un CMS est un lieu dans lequel sont regroupés des professionnels de plusieurs métiers : assistantes sociales, éducateurs, médecins, puéricultrices, sages-femmes… Cette équipe propose un accueil gratuit et adapté à chaque situation, des consultations médicales ou encore un soutien social pour faire face aux difficultés rencontrées. Il s'agit d'un lieu ouvert à tous.

Centre médico-psychologique (CMP) : les CMP sont les pivots des secteurs de psychiatrie. Ils assurent des consultations médico-psychologiques pour toutes personnes en souffrance psychique et organise les orientations éventuelles vers des structures adaptées. Il existe des CMP pour adultes et pour enfants.

Centre médico-psychologique pédagogique (CMPP) : les CMPP assurent le dépistage, le diagnostic et le traitement des troubles neuro-psychiques et du comportement de l'enfant et de l'adolescent. Ils travaillent en lien avec les CMP, les PMI, les écoles, le service social et les médecins de ville.

Consultation psychiatrique : une consultation psychiatrique est assurée par un psychiatre qui travaillera à la définition d'un diagnostic de l'état de santé mentale du patient. Pour en savoir plus sur le travail du psychiatre cliquez ici

Consultation somatique : dans certaines structures de soins psychiatriques, des consultations somatiques sont assurées. Elles visent à établir un diagnostic sur l'état de santé physique du patient par un médecin généraliste.

Foyer de postcure : les foyers de postcure sont des offres d'hébergements thérapeutiques, proposant une prise en charge médicale diversifiée un soutien éducatif et psychologique. Cet hébergement est temporaire permettant un accompagnement progressif vers l'autonomie.

Hôpital de jour : l'hospitalisation de jour concerne en principe des patients dont l'état de santé nécessite des soins pendant la journée. Les séjours peuvent être continus ou discontinus (une à plusieurs demi-journées par semaine). Le patient rentre chez lui le soir. Cette alternative à l'hospitalisation complète permet de maintenir la personne dans son milieu, de prévenir des périodes de crise en diminuant l'intensité des symptômes.

Maison relais : la maison relais est destinée à l’accueil de personnes à faible niveau de ressources, isolées et dont la situation sociale, psychologique ou psychiatrique, rend impossible à échéance prévisible leur accès à un logement ordinaire. Il est important de rappeler que la maison relais ne s’inscrit pas dans une logique de logement temporaire mais bien d’habitat durable, sans limitation de durée, et offrant un cadre semi collectif valorisant la convivialité et l’intégration dans l’environnement social.

Unité d'hospitalisation : cette unité de soins, de prévention et de diagnostic répond aux besoins de santé mentale d’une population d’adultes, d’enfants ou d’adolescents et fonctionne 24 heures sur 24. L’unité d’hospitalisation à temps complet peut être située dans des centres hospitaliers spécialisés, des centres hospitaliers ayant une orientation somatique ou des établissements privés. Elle comporte un personnel essentiellement infirmier qui assure des soins et une surveillance continue de jour et de nuit. Les orientations des unités peuvent être spécifiques (gérontologie, addictologie...)

Urgence psychiatrique : il existe plusieurs accueils d'urgences dans l'offre de soins publics : les services d'urgence implantés dans des hôpitaux généraux qui prennent en charge toutes les urgences (somatiques et psychiatriques), les services d'urgence spécialisée en psychiatrie (comme les CAP et les CAC) ou parfois des services d'urgence psychiatrique régional.

Unité pour malades difficiles (UMD) : ces lieux sont réglementés par le code de la santé publique qui a donné lieu à l'arrêté du 14 octobre 1986  qui définit les modalités des UMD. Ils accueillent les personnes hospitalisées sous contrainte sur décision du représentant de l'Etat qui présentent "pour autrui un danger tel que les soins, la surveillance et la mesures de sûreté ne puissent être mises en oeuvre que dans une unité spécifique". Les admissions et sorties sont décidées par une commission du suivi médical qui étudie les dossiers de tous les patients accueillis au moins tous les 6 mois. Ces UMD à vocation interrégionale, sont implantées dans des centres hospitaliers spécialisés et sont gérées par des équipes médicales pluridisciplinaires.

Unité hopitalière spécialement aménagée (UHSA) : à la différence des UMD, les UHSA ne travaillent qu'en lien direct avec les établissements pénitentiaires. Ces lieux sont reglementés dans la circulaire du 18 mars 2011 . Ces unités accueillent principalement des personnes incarcérées nécessitant des soins psychiatriques. Les détenus peuvent être accueillis avec ou sans leur consentement. Ils sont escortés par le personnel pénitentier et doivent suivre les mêmes restrictions de libertés qu'en milieu carcéral. Les principes des UHSA sont la primauté du soin, même si la personne détenue demeure sous écrou pendant son hospitalisation et la double prise en charge à la fois sanitaire et pénitentiaire.