Les parcours en santé mentale

Mise à jour : 09/11/2020
Les personnes qui vivent avec un trouble psychique suivent un chemin qui leur permet de trouver, en différents lieux et auprès de différents interlocuteurs, des aides pour mener la vie qu'elles souhaitent. Voici des clés pour que chacune puisse dessiner son propre parcours.

Quelques repères 

Quand on vit avec un trouble psychique, on peut avoir besoin d’aides spécifiques pour se soigner, pour gérer le quotidien et inventer des solutions qui permettent de mener à bien ses projets. Ces aides varient pour chaque personne et au fil du temps. On appelle  parcours en santé mentale le chemin permettant à la personne de coordonner au mieux l’ensemble des ressources qui peuvent l’aider à vivre au quotidien avec un trouble psychique.  

  • Il n’y a pas un parcours type en santé mentale mais des parcours, propres à chaque personne.
  • Le parcours en santé mentale d’une personne est le résultat d’un cheminement personnel :
    • Permettant des rencontres avec des acteurs variés, inscrits dans les champs du soin, de l’accompagnement et de l’entraide.
    • S’effectuant dans un environnement riche en ressources.
  • Un parcours en santé mentale n’est pas figé ; il bouge, évolue, s’invente et se transforme au gré de la vie de la personne et des ressources disponibles près de chez elle.
  • Le schéma ci-dessous vous propose une vision globale de ces ressources.

Pour en savoir plus

Les troubles psychiques peuvent avoir un impact sur notre vie quotidienne. Ils peuvent nous « empêcher » de vivre pleinement selon nos souhaits, que l’on soit enfant, jeune ou adulte. Par exemple : un enfant pourra rencontrer des difficultés d’intégration à l’école ou dans ses apprentissages ; un adulte pourra avoir du mal à se maintenir dans son emploi ou à vivre de façon autonome dans son logement.

Des soins, un accompagnement, de l’entraide peuvent nous aider à compenser ces difficultés, afin de mener le plus librement possible la vie que l’on choisit, d’exercer pleinement notre citoyenneté, d’agir selon nos convictions et nos souhaits, bref de prendre ou reprendre du pouvoir sur notre vie. Ainsi, nous dessinons un chemin qui nous est propre. 

Les dernières recommandations ministérielles préconisent de mettre en place des parcours en santé mentale, au niveau local, afin d’améliorer :

  • l’articulation entre les différentes ressources (soins, accompagnement social et médico-social, entraide) présentes sur le territoire
  • la coordination entre les professionnels exerçant en ville, en campagne et à l’hôpital,
  • et la prise en compte des souhaits et de l’environnement de la personne.

Concrètement, cela suppose l’intervention coordonnée et concertée des professionnels de santé et sociaux, tant en ville qu’en établissement de santé, médico-social et social, en cabinet libéral, en maison de santé ou en centre de santé, en réseau de santé… Ainsi que la prise en compte, pour chaque patient, de facteurs déterminants comme l’hygiène, le mode de vie, l’éducation, le milieu professionnel et l’environnement” (Ministère des Solidarités et de la Santé, 2019)

Cet article a été écrit par Psycom.

Les membres de l’équipe Psycom déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec des entreprises fabriquant ou commercialisant des produits de santé (médicaments, dispositifs médicaux, matériel médical, e-santé, marketing médical, etc.).