Anxiété, phobies et TOC

Mise à jour : 17/11/2020
Anxiété, phobies et TOC
Lorsque l'anxiété devient trop intense ou envahissante, elle se manifeste sous forme de symptômes psychologiques mais également physiques. Il existe des moyens de les soulager.

Les troubles anxieux, qu’est ce que c’est ?

L’anxiété est présente chez tous les individus. Cette émotion constitue une réponse à un danger ou une situation potentiellement inquiétante. Elle est souvent ressentie comme désagréable. Les scientifiques considèrent cependant qu’elle joue un rôle dans notre capacité à affronter le danger et à nous adapter à une situation nouvelle

L’anxiété peut devenir problématique lorsqu’elle devient trop intense, ou envahissante au point de perturber le quotidien. Cette anxiété peut alors prendre plusieurs formes.  Il peut s’agir de troubles anxieux, parmi lesquels le trouble anxieux généralisé (TAG), l’attaque de panique qui peut entraîner le trouble panique, les phobies. Il peut s’agir d’un trouble obsessionnel compulsif, ou TOC. Ce dernier constitue une catégorie distincte dans la dernière édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5, 2013), l’une des deux classifications reconnues à l’échelle internationale. 

Les troubles anxieux et le TOC peuvent avoir des conséquences importantes sur notre vie affective et familiale, sur notre travail et nos loisirs. Malgré ces difficultés il est possible de se rétablir de ces troubles.

Reconnaître un trouble anxieux généralisé

Le trouble anxieux généralisé (TAG) est un état d’anxiété permanente et de soucis excessifs qui persiste pendant au moins 6 mois. Cette anxiété n’est pas liée à une situation ou un sujet précis. Il s’agit d’une inquiétude excessive de tous les moments de la vie, qu’il s’agisse du travail, de la famille, de la santé ou des amis. Nous avons du mal à la contrôler.

Cette inquiétude est associée à des symptômes physiques comme :

  • fatigue, tension musculaire, agitation ou surexcitation
  • difficultés de concentration, troubles du sommeil, irritabilité
  • mains froides et humides, bouche sèche, sueurs, nausées ou diarrhée, besoin d’uriner fréquent, difficultés à avaler ou sensation de boule dans la gorge, tremblements, contractions, douleurs dans les muscles, syndrome du côlon irritable, maux de tête. 

L’anxiété généralisée peut avoir un fort impact sur notre quotidien et s’accompagner d’un état dépressif.

Reconnaître une attaque de panique

L’attaque de panique consiste en la survenue brutale d’une peur intense, d’un sentiment de mort ou de catastrophe imminente, de perte de contrôle de soi.
Cette peur intense apparaît alors que la situation n’implique aucun risque vital pour nous, indique la Classification internationale des maladies (CIM 10, 2008), l’une des deux classifications de référence.

Cette peur est associée à d’autres symptômes comme :

  •  Palpitations, accélération des battements du cœur, transpiration, tremblements ou secousses musculaires
  • Sensations de «souffle coupé» ou impression d’étouffement, sensation d’étranglement, douleur ou gêne dans la poitrine, nausée ou gêne au niveau du ventre
  • Sensation de vertige, d’instabilité, de tête vide ou impression d’évanouissement
  • Sentiments d’irréalité (déréalisation) ou sentiment d’être détaché de soi (dépersonnalisation)
  • Peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou, peur de mourir
  • Sensations d’engourdissement ou de picotements, frissons ou bouffées de chaleur

Une attaque de panique dure environ 30 minutes. Ces crises peuvent être spontanées et sans cause apparente, ou survenir en réaction à un événement traumatisant, une prise de toxiques (alcool, tabac, cannabis ou autre drogue), ou encore être associées à une maladie physique ou psychique, en lien avec la prise ou le sevrage de certains médicaments. 

Lorsque les attaques de panique se répètent et que nous craignons qu’elles reviennent (nous avons “peur d’avoir peur”), il s’agit d’un trouble panique. Celui-ci peut être associé à des phobies (des peurs intenses d’un objet ou d’une situation précise), un état dépressif, une consommation abusive de médicaments psychotropes ou d’alcool. 

Reconnaître une phobie

Les phobies sont l’expression d’une peur irraisonnée, intense et spécifique à un animal (par exemple les araignées), un objet (par exemple les ciseaux) ou une situation (par exemple l’obscurité). Les phobies sont très fréquentes et bien souvent, elles ont peu de conséquences sur notre vie. C’est leur niveau d’intensité et un retentissement important qui peuvent les rendre problématiques. La personne a conscience du caractère absurde de sa peur et en souffre, précise la CIM-10.

Les phobies s’accompagnent de conduites d’évitement de la situation redoutée, par exemple ne pas prendre les ascenseurs et utiliser systématiquement les escaliers. Elles peuvent aussi nous amener, à l’inverse, à affronter délibérément la situation, ce qu’on désigne sous le nom de conduites contra-phobiques. Dans le cas d’une phobie de l’obscurité, par exemple, cela peut consister à traverser le jardin la nuit en demandant à une ou un proche de nous accompagner pour nous rassurer.

Certaines phobies ont un objet plus large. Ainsi, l’agoraphobie consiste en une peur irraisonnée et intense des espaces découverts et de la foule, ou de toute situation dont on ne peut s’échapper facilement, par exemple être seul loin de son domicile ou être sur un pont.

Les phobies sociales désignent la peur irraisonnée et intense des situations où l’on est exposé au regard d’autrui. Elles incluent la peur de rougir, de trembler, de parler, de manger ou vomir en public, la peur des examens.

La dysmorphophobie est la préoccupation pour un défaut imaginaire de l’apparence physique. Elle peut aussi concerner un défaut physique réel, mais pour lequel la préoccupation est manifestement démesurée. 

Reconnaître un TOC 

Le TOC se manifeste par des pensées dérangeantes, répétitives et incontrôlables, appelées obsessions, qui causent une forte anxiété. Pour diminuer la souffrance qui en résulte, les personnes développent des comportements répétitifs, irraisonnés et irrépressibles appelés compulsions, indique la CIM 10.

Les obsessions sont des idées, des images ou des impulsions (c’est à dire le besoin irrépressible d’accomplir un acte) qui font intrusion dans notre conscience de façon répétitive. Elles portent sur des thèmes comme le désordre, la sexualité ou la peur d’être responsable d’une catastrophe. En règle générale, ces pensées gênent considérablement la personne qui s’efforce de les chasser, sans y parvenir.

Les compulsions sont des activités que nous nous sentons obligés de répéter – soit des gestes, soit des comportements. On les appelle aussi des rituels. Il peut s’agir de compter, de ranger les choses dans un certain ordre, de répéter des mots dans sa tête. Nous ne tirons aucun plaisir de la réalisation de ces actes. Leur but est d’empêcher un événement qui, s’il survenait, impliquerait un malheur pour nous ou quelqu’un d’autre, et dont nous serions responsable. Nous savons, la plupart du temps, que notre comportement est absurde et inutile. C’est pourquoi nous essayons de le contrôler, sans y parvenir.

Le TOC s’accompagne presque toujours d’une anxiété. Cette anxiété s’aggrave quand nous essayons de résister à la compulsion.

Quelques idées reçues sur les troubles anxieux

“Les problèmes d’anxiété, c’est réservé aux émotifs, aux petites natures.”

EN FAIT : L’anxiété est une émotion que tout le monde ressent, dès l’enfance et ensuite durant sa vie d’adulte. Les causes des troubles anxieux demeurent mal connues. Selon les scientifiques, elles pourraient inclure les événements de la vie et la biologie. 

“L’anxiété, ça ne se soigne pas.”

EN FAIT : Des traitements, par exemple une thérapie comportementale, permettent de soulager efficacement les symptômes dans la plupart des cas. Les médicaments anxiolytiques, eux, ne peuvent être pris sur une longue période car ils exposent à une dépendance. 

Comment traiter les troubles anxieux

Le traitement des troubles anxieux peut comprendre des conseils d’hygiène de vie, de la relaxation, une psychothérapie. On peut y associer, ou non, un traitement médicamenteux. L’échange avec des personnes ayant les mêmes problèmes, par exemple un groupe de parole organisé par une association de patients, peut être d’une grande aide.

Le recours à la relaxation

Les techniques de relaxation et de respiration améliorent le contrôle des émotions. Elles aident à se déconnecter de son environnement et à se concentrer sur soi, permettent d’éviter l’accumulation des tensions musculaires et psychologiques. Dans une séance de relaxation, nous nous entraînons à nous concentrer tandis que nous gardons nos muscles détendus. La relaxation peut être associée à une thérapie comportementale.

Le recours à la psychothérapie

Les psychothérapies consistent en des entretiens réguliers, individuels ou en groupe, menés par un psychothérapeute. Les techniques et les approches sont nombreuses : comportementale et cognitive, systémique, interpersonnelle, etc. Quelle que soit la souffrance psychique exprimée, les psychothérapies peuvent agir efficacement sur les problèmes de type anxieux.

Le recours aux médicaments

Les anxiolytiques ou d’autres médicaments psychotropes peuvent être utilisés dans les troubles anxieux. L’objectif d’un traitement par médicament psychotrope est de soulager la souffrance de la personne et de diminuer les troubles psychiques, afin d’avoir la meilleure vie possible. La ou le médecin, psychiatre ou généraliste, propose un accompagnement psychologique et médical pendant la durée du traitement, en évaluant ses effets bénéfiques et en surveillant ses effets indésirables

Les anxiolytiques, également appelés tranquillisants, sont généralement utilisés pour soulager l’anxiété, les troubles anxieux, mais aussi les troubles du sommeil. Les anxiolytiques sont principalement des benzodiazépines. Certains antidépresseurs, des antihistaminiques, des bêtabloquants et certains neuroleptiques sont aussi utilisés pour soulager des troubles anxieux.

Un programme national a été mis en place par le Ministère de la santé et la Haute autorité de santé (HAS) pour aider les médecins à réduire les prescriptions au long cours des benzodiazépines, dans l’anxiété ou dans l’insomnie.

S’aider par soi-même

Si le recours au soin peut parfois être une étape nécessaire dans le cas d’un trouble anxieux ou d’un TOC, nous pouvons par ailleurs développer des ressources personnelles qui peuvent nous aider à aller mieux.

Pratiquer une activité physique que nous aimons, faire attention à nos rythmes de sommeil et à notre alimentation, limiter notre consommation d’excitants (café, thé, tabac), d’alcool, de médicaments anxiolytiques ou de substances psychotropes (cannabis et autres drogues), éventuellement pratiquer la relaxation ou la méditation , sont autant de moyens qui peuvent contribuer à notre rétablissement.

Enfin, des échanges avec des personnes vivant ou ayant vécu des troubles anxieux ou des TOC peuvent apporter un réel soutien. Nous pouvons contacter un groupe d’entraide mutuelle (GEM) près de chez nous, une association de patients et de proches, rejoindre un groupe de paroles ou encore poster des messages sur des forums de discussion sur internet. 

Vivre avec une personne concernée par les troubles anxieux

L’entourage ne peut se substituer au médecin ou au psychothérapeute, mais il peut assurer un soutien essentiel dans les moments difficiles. Ce soutien peut notamment consister à :

  • Repérer les signes d’anxiété chez son proche et faire le premier pas pour en parler
  • Aider son proche à chercher de l’aide, à consulter une ou un professionnel et, si besoin, à suivre un traitement. 

L’entourage peut trouver de l’aide pour lui-même, de l’écoute et des conseils auprès de certaines associations de patients et de proches. 

Cet article a été écrit par Psycom à partir de sa brochure Troubles anxieux et phobiques.

Les membres de l’équipe Psycom déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec des entreprises fabriquant ou commercialisant des produits de santé (médicaments, dispositifs médicaux, matériel médical, e-santé, marketing médical, etc.).