Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Allo Docteurs : La charge mentale des femmes, l'épuisement de tout gérer

Allo Docteurs : La charge mentale des femmes, l'épuisement de tout gérer

le 2 juin 2017

[Allo Docteurs] Un concept émerge depuis quelques temps sur les réseaux sociaux : la charge mentale que certaines femmes doivent gérer. Des tâches domestiques aux charges administratives, en passant par les rendez-vous médicaux, les contraintes s'accumulent et envahissent l'esprit pour ne plus le lâcher. Epuisées de penser à tout et de faire beaucoup de choses, elles risquent leur santé psychique et physique. 

Et si les femmes étaient une réincarnation de Shiva, aux multiples bras ? Elles pourraient l'être tant elles ont de choses à organiser et à faire : leur métier, les tâches domestiques et culinaires, la logistique scolaire, les rendez-vous médicaux, la coordination du planning familial,… Le cerveau est submergé par tout ce dont elles s'occupent !

Une chercheuse a baptisé cela la "charge mentale", ou "charge émotionnelle". Les femmes sont très souvent surchargées et elles disposent de très peu de temps pour elles, voire pas du tout. "La charge mentale est pour moi aussi physique et physiologique, notamment quand elles sont enceintes, ou, pour nombre d’entre elles au moment du syndrome prémenstruel. Il s’agit donc d’une charge globale, commente le Dr Aurélia Schneider, psychiatre. Femme surmenée est un pléonasme ! Au sein d’un couple hétérosexuel, surtout s’il y a des enfants, elle s’occupe de la maison et doit penser à tout, ce que l'homme ne gèrera jamais, ou très rarement."

Les femmes au foyer ne sont pas non plus à l'abri de ce surmenage "et quand elles ne travaillent pas, elles n'ont pas d'alibi et elles ne sont pas pardonnées lorsqu’une tâche ménagère n’est pas effectuée."  Les hommes sont souvent incapables de comprendre cet épuisement puisqu'ils ne mesurent pas ce que représente la gestion d'une famille et d'une maison. Et même si les jeunes hommes participent davantage que leurs ainés aux tâches domestiques, les chiffres sont clairs : les femmes sont toujours en charge du foyer. Depuis 25 ans, et d'après les chiffres de l'INSEE, les hommes s'occupent un peu plus de l'éducation des enfants, mais leur contribution aux tâches domestiques est restée relativement stable. Ainsi les femmes gèrent-elles 71% des tâches ménagères et 65% des tâches parentales... 

Parmi ses patients, le Dr Schneider constate que les femmes sont plus surchargées que les hommes et ont davantage de risques de burn out : "Elles sont plus exposées et je les vois plus aussi parce qu'elles verbalisent davantage leurs émotions que les hommes…" Selon la psychiatre, certaines périodes sont plus ou moins dures, à l'instar des naissances qui les rendent plus vulnérables dans le post-partum ou de la ménopause. "La ménopause est redoutable du fait des symptômes physiques très pénibles, comme les bouffées de chaleur, les insomnies,… et aussi d’un point de vue psychologique."

Des retentissements sur la santé mais aussi sur le couple

L'épuisement n'est pas la forme ultime de la charge mentale. "Par exemple elle peut provoquer des troubles anxieux, certaines maladies de peau quand elles sont trop stressées (psoriasis, eczéma,..), détaille le Dr Schneider. Il y a des signaux d'alerte : du stress, de l'anxiété, un mal de ventre ou encore des migraines." Les femmes devraient être attentives à ces signes et ralentir le rythme avant d'être en burn out.

Le couple subit inévitablement les dégâts du surmenage, les femmes épuisées n'ayant plus le temps, l'énergie et l'humeur propices à la vie intime.  La discussion à ce propos est souvent difficile : l'homme se croit agressé et estime qu'elle n'a qu'à demander davantage d'aide ; de son côté, la femme épuisée se sent incomprise et lasse de devoir toujours expliquer ce qu'il doit faire. "Schématiquement, les hommes ont du mal à comprendre que leur femme ne soit pas fraîche et disponible le soir, explique le Dr Schneider. Ils ne réalisent pas tout le travail fait par leur femme dans la maison, qui est caché et très ingrat." 

Source Allo Docteurs