Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Allô Docteurs : Près de 9.000 personnes se suicident chaque année en France.

Allô Docteurs : Près de 9.000 personnes se suicident chaque année en France.

le 5 février 2018

Ce lundi 5 février a lieu la Journée nationale de prévention du suicide. La France est le dixième pays d'Europe au taux de suicide le plus élevé.

4,9 pour 100 000 habitants : c’est le taux de suicide en France en 2014, d’après un rapport de l’Observatoire national du suicide (ONS), publié lundi 5 février. C’est aussi l’un des taux les plus importants dans toute l’Europe, devant les pays de l’Est. Malgré tout, entre 2003 et 2014, l’ONS a enregistré une baisse du nombre de suicides de 26 points. Une bonne nouvelle – la diminution est "tendancielle" depuis 1985 – mais qui ne doit pas nous faire baisser la garde, selon l'Union Nationale pour la Prévention du Suicide (UNPS). Aussi la journée nationale de prévention du suicide se focalise-t-elle cette année sur le lien, la communication et la prise en charge.

La solitude reste un important facteur de suicide

"Relier, c’est favoriser les liens entre celles et ceux qui ont perdu un être cher, ou ont été suicidaires. C’est aussi les mettre en contact avec les soutiens associatifs, institutionnels, professionnels", explique l’UNPS dans un communiqué. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en effet, l’isolement social est un important facteur de suicide. Une donnée corroborée par le standard téléphonique SOS Amitié, qui indique que la solitude figure parmi les motifs d’appels reçus les plus récurrents. D’où l’importance, pour l’UNPS, de créer et d’entretenir du lien avec les personnes à risque.

Autre priorité de cette journée 2018 : la communication. En effet, encourager les personnes en détresse psychologique à évoquer la question du suicide est un élément de prévention essentiel. "Contrairement à ce qu’on pense, ce n’est pas le fait de parler du suicide qui va augmenter le risque. Au contraire, le fait d’en parler va libérer des choses et permettre de consulter plus facilement un psychologue ou un psychiatre", explique le psychiatre Guillaume Fond.

Lire la suite sur Allô Docteurs