Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Allo docteurs : Pourquoi les adolescents sont-ils si stressés ?

Allo docteurs : Pourquoi les adolescents sont-ils si stressés ?

le 26 février 2016

[Allo docteurs] Selon une enquête publiée courant 2015, les adolescents français se sentent plus stressés qu'il y a dix ans. Un constat similaire est dressé ailleurs en Europe. Le passage à l'âge adulte serait plus douloureux pour la nouvelle génération. Comment expliquer ce malaise ? La psychiatre Julie Bourgin, spécialiste de l'adolescence, a répondu à nos questions.

D'après les résultats d'une enquête Ipsos dévoilée en mars 2015 , 71% des adolescents entre 15 et 18 ans déclarent "se sentir bien", et 85% d'entre eux "savent à qui s'adresser en cas de difficultés personnelles", estimant pouvoir facilement parler avec leurs parents. Cependant, deux chiffres interpellent : en 2015, 47% des adolescents se sentaient "souvent sous pression" (contre 35% en 2005), 25% déclarant "se sentir mal dans leur peau" en 2015 contre 17% en 2005.

La performance scolaire

Aujourd'hui, le stress de la performance à l'école, notamment au lycée où de nombreux choix s'imposent aux adolescents, est très important. "La compétitivité est prégnante aujourd'hui de façon précoce ", explique Julie Bourgin, psychiatre au Centre hospitalier Sainte-Anne, responsable du Centre d'évaluation pour les jeunes adultes et les adolescents."La pression est plus forte même si il y avait du stress également pour les générations antérieures. De nos jours, les étudiants se sentent obliger de faire directement une double licence, les masters sont de plus en plus sélectifs à l'université, c'est un facteur de stress supplémentaires pour les jeunesLes filières techniques ne sont toujours pas revalorisées, il faut toujours plus de diplômes, et cette pression transcende les classes sociales ".

Julie Bourgin décrit une "grande négativité " de la part des adolescents envers "de nombreux sujets ". De plus, "les jeunes sont très critiques envers la société, et expriment leur peur de ne pas pouvoir trouver un travail intéressant et valorisant" , poursuit-elle. La crise économique actuelle nourrirait leur désenchantement.

Source Allo docteurs