Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Europe 1 : La majorité des détenus souffrent de troubles psychiques, vrai ou faux ?

Europe 1 : La majorité des détenus souffrent de troubles psychiques, vrai ou faux ?

le 26 janvier 2018

François Bayrou affirme qu'une majorité de détenus a des problèmes psychiatriques.

Le mouvement de blocage des prisons entame son dixième jour. Un conflit  dont on ne voit pas l’issue, tant le malaise est profond : manque de places, radicalisation, sous-effectif… Les recrutements et la prime proposés par le gouvernement aux syndicats de surveillants est loin de leur suffire, et dans le monde politique, chacun y va de son constat désolé. La droite dénonce, la gauche étrille. Pour François Bayrou, cette crise couve depuis des années.

"Il y a en prison une majorité de personnes qui ont des problèmes psychiatriques. Qu'est-ce qu'on fait ? Rien"

Une majorité de détenus a des problèmes psychiatriques. Vrai ou Faux ?

C’est faux. Même si l'on entend souvent cette statistique, elle n’est absolument pas fiable, car elle repose sur la seule étude qu’ait conduite le ministère de la Santé pour évaluer la prévalence des troubles psychiatriques en milieu carcéral.  C’était il y a 17 ans, en 2001 : on avait alors suivi un groupe de détenus visitant, justement, les services médico-psychologiques des centres pénitentiaires (donc pas représentatifs de l’ensemble des détenus), et la définition retenue pour ces troubles était très large, de l’anxiété légère à la schizophrénie. Il en était ressortit que plus de la moitié des nouveaux détenus présentaient un trouble.

Depuis d’autres enquêtes ont été conduites, en 2006 et en 2015 (cette dernière dans les prisons de Picardie). Elles donnent un taux qui reste très important, mais moins élevé, de détenus souffrant de troubles mentaux : 25%. Une grande partie sont des problèmes liés à l'addiction aux drogues et à l’anxiété. Les troubles vraiment lourds (psychoses, schizophrénie…) concernaient à l'époque 10 à 15% des détenus, selon ces enquêtes. C’est globalement conforme à ce qui est observé dans d’autres pays, selon la méta-analyse opérée en 2015 par l’Institut de Veille Sanitaire (http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=9520) On peut s'interroger, pour cette population, sur le sens de la peine.

Lire la suite et écouter la chronique sur Europe 1