Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Futura Sciences : Dépression : la pilule en cause ?

Futura Sciences : Dépression : la pilule en cause ?

le 21 novembre 2016

[Futura Sciences] Une vaste étude portant sur un million de femmes danoises suivies pendant 13 ans montre une association entre la contraception hormonale et le risque de dépression. Les adolescentes sont particulièrement touchées.

Des millions de femmes dans le monde prennent une JAMA Psychiatry .

Des chercheurs ont étudié le lien entre la contraception hormonale, l'utilisation d'antidépresseurs et de se voir diagnostiquer une dépression. Celles qui prenaient une pilule combinée (œstroprogestative) avaient 23 % de risque supplémentaire d'avoir un diagnostic de dépression. Celles qui prenaient une micro-pilule (avec uniquement un progestatif) avaient 34 % de risque en plus d'avoir une dépression.

Risque maximal chez les adolescentes sous contraception hormonale

Les adolescentes âgées de 15 à 19 ans étaient les plus à risque avec une augmentation du risque de 80 % en prenant la pilule combinée ; le risque était double avec la pilule progestative. De plus, les alternatives à la pilule qui utilisent des hormones, telles que le stérilet hormonal, le patch, l'anneau, augmentaient encore plus le risque de dépression que les contraceptifs oraux : risque doublé avec un patch, augmenté de 60 % avec l'anneau et de 40 % avec le stérilet hormonal.

Ces résultats expliquent que de nombreuses femmes décident d'arrêter la pilule à cause des effets secondaires sur leur humeur. Récemment, une étude sur un contraceptif hormonal masculin a été arrêtée en raison des effets secondaires, dont la dépression. Les alternatives à la contraception hormonale sont le stérilet au cuivre, le préservatif masculin ou féminin et le diaphragme.

Source Futura Sciences