Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Huffington Post : 10 choses à savoir sur les troubles anxieux

Huffington Post : 10 choses à savoir sur les troubles anxieux

le 6 juillet 2016

[Huffington Post] Bien qu’elle touche tout le monde sans distinction d’âge, de sexe ou de milieu culturel, l’anxiété est plus ou moins présente selon les régions du monde concernées. “Ils sont facteurs de suicide, de handicap et de mauvaise qualité de vie”, ajoute Olivia Remes. “Si nous ne savons pas qui ils touchent en priorité, nous ne pouvons rien faire pour alléger ce fardeau humain et économique.”

Aux États-Unis, par exemple, les formes les plus communes de maladie mentale sont les troubles de l’anxiété (phobie sociale, troubles obsessionnels compulsifs, agoraphobie, trouble panique, anxiété généralisée…) dont souffrent environ 18% des adultes, pour un coût total de 42 milliards de dollars par an.

Si la plus vaste étude mondiale jamais entreprise montre que notre pays est sans égal à cet égard, d’autres régions du monde, dont l’Europe de l’Ouest, affichent des taux particulièrement élevés. Qui plus est, au sein de la société américaine, certains groupes risquent davantage que d’autres d’en être affectés.

Olivia Remes, qui a mené ces travaux, étudie l’anxiété à l’université de Cambridge. Elle a passé au crible 48 des études les plus fiables ou les plus exhaustives sur la prévalence de l’anxiété à travers le monde, ce qui lui a permis d’identifier les cibles privilégiées par sexe et classe d’âge, mais aussi de combler les lacunes dans la compréhension de certains groupes.

“Il faut absolument multiplier les études sur la population gay, lesbienne et bisexuelle (LGBT), car elle souffre d’un réel problème d’anxiété”, souligne-t-elle. “De même, les aborigènes canadiens, américains, néo-zélandais et d’autres parties du monde présentent des risques accrus de mauvaise santé, sans parler de leur bien-être psychologique dont nous ne savons pratiquement rien.”

Pourquoi il faut tenir compte des troubles de l’anxiété

En dépit de leur prévalence, et bien que cette affection invalidante nécessite un traitement, les troubles de l’anxiété continuent d’être minimisés.

Si un minimum d’anxiété peut nous aider à rester vigilants, les troubles non traités génèrent des sentiments de peur, voire de terreur, incontrôlables qui perturbent notre quotidien et nous empêchent de faire ce dont nous avons envie. Mieux les connaître permet de combattre les stigmates de la maladie mentale et de venir en aide à ceux qui en ont besoin.

Source Huffington Post