Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > La Dépêche : Les jeunes LGBT souffrent de la stigmatisation

La Dépêche : Les jeunes LGBT souffrent de la stigmatisation

le 14 janvier 2019

Les adolescents appartenant aux minorités sexuelles seraient plus fragiles face aux symptômes dépressifs. Un risque rapporté à partir de l’âge de 10 ans par des chercheurs britanniques.

Selon des scientifiques britanniques (University College London ), les symptômes dépressifs et les épisodes d’auto-mutilation sont plus fréquents chez les minorités sexuelles, comparées à la population hétérosexuelle.

Pour le prouver, les chercheurs ont recruté 4 843 jeunes âgés de 10 à 21 ans. Nés entre avril 1991 et décembre 1992. Une grande majorité s’identifiait comme hétérosexuelle (87%) et 13% comme « gays, lesbiennes, bisexuels  » A partir d’un questionnaire, la compilation des symptômes dépressifs a été effectuée à plusieurs reprises entre 10 et 21 ans.

Résultats,  « les symptômes dépressifs sont plus fréquents chez les minorités sexuelles comparée à la population hétérosexuelle ».  Ces jeunes sont particulièrement à risque « à partir de l’âge de 10 ans. Ces symptômes s’accentuent ensuite au fil de l’adolescence, puis cette fragilité s’atténue à partir de 18 ans  ». Pour quelles raisons ? « Sûrement grâce à l’impact psychosocial positif de la prise d’autonomie »,  suggèrent les auteurs.

Lire la suite sur La Dépêche