Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Figaro : Des blessures psychiques possibles dans tout le pays

Le Figaro : Des blessures psychiques possibles dans tout le pays

le 19 novembre 2015

[Le Figaro] Les populations exposées à des attaques terroristes présentent des signes de stress post-traumatiques profonds et durables et l'onde de choc ne se limite pas aux personnes directement concernées.

Les terroristes n'ont pas seulement frappé Paris. Les blessures psychiques sont profondes dans tout le pays et les plaies mettront du temps à se refermer. Elles laisseront des cicatrices durables chez certains de nos concitoyens, sans même parler des proches des victimes pour qui la vie s'est brisée le 13 novembre. C'est le triste enseignement d'autres attentats terroristes, dans d'autres lieux, d'autres pays.

«Les données accumulées après des attaques terroristes de grande ampleur, telles que le 11 Septembre, laissent penser que le fardeau des problèmes de santé mentale, notamment le syndrome de stress post-traumatique, peut être substantiel et durable parmi la population exposée aux attaques à Paris», explique au Figaro le Pr Yuval Neria, directeur du programme de recherche à l'Institut psychiatrique de l'État de New York (université Columbia).

À Paris, mais pas seulement. Dans la semaine qui suivit les attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001, une étude de l'université de Californie montrait que près de la moitié des adultes et un enfant sur trois présentaient des signes de stress et cela à travers tous les États-Unis.

L'onde de choc d'un attentat majeur ne se limite donc pas aux personnes directement concernées par le drame, même si la proximité géographique augmente les risques de souffrir d'un trouble de stress post-traumatique (TSPT). C'est-à-dire de souvenirs intrusifs faisant revivre l'événement avec pour conséquence un comportement d'évitement de tout ce qui pourrait l'évoquer, mais aussi de dépression, d'insomnie, d'anxiété et de colère.

Source Le Figaro