Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Généraliste : De nouvelles recommandations pour les dépressions résistantes

Le Généraliste : De nouvelles recommandations pour les dépressions résistantes

le 15 décembre 2016

[Le Généraliste] Nouvelles recommandations pour les dépressions résistantes, pistes pharmacologiques du sevrage cocaïnique, dernières prises en charge des insomnies chroniques, le Congrès français de psychiatrie a donné un coup de projecteur sur une spécialité qui bouge. Le Congrès français de psychiatrie qui vient de fermer ses portes à Montpellier (23-26 novembre 2016) a fait le point sur la prise en charge des dépressions résistantes en présentant les nouvelles recommandations de l’Association française de psychiatrie biologique et neuropharmacologique (AFPBN).

La résistance aux thérapeutiques antidépressives représente une problématique majeure dans la mesure où la rémission ne peut être obtenue que dans 35 à 40 % des cas après un premier traitement antidépresseur bien conduit.

De nombreuses recommandations pour la pratique clinique ont été élaborées par différentes sociétés savantes. Elles sont souvent hétérogènes, et les niveaux de preuve fréquemment limités au-delà de la deuxième ligne de traitement. « C’est dans cet esprit qu’un partenariat a été créé entre l’AFPBN et la fondation Fondamental pour élaborer de nouvelles recommandations portant sur les troubles dépressifs résistants », a souligné le Dr Thomas Charpeaud (CHRU, Clermont-Ferrand), qui les a présentées. « Ces recommandations, purement pharmacologiques, ne précisent pas la place respective du généraliste et du psychiatre dans le suivi et la prise en charge du patient ayant une dépression résistante », ajoute le spécialiste. Mais à ce propos, les recommandations de la HAS (2009) relèvent que le psychiatre intervient avant la mise en œuvre d’un nouveau plan de traitement, à la fin de ce traitement et à tout moment au cours de la prise en charge en cas de difficulté thérapeutique, d’échec du traitement, de comorbidité difficile à traiter, de psychothérapie structurée.

La durée minimale recommandée de traitement antidépresseur est de six mois une fois la rémission clinique obtenue. Une durée plus longue est recommandée dans les situations suivantes : antécédents d’au moins deux épisodes dépressifs caractérisés antérieurs, présence de symptômes psychotiques, risque suicidaire élevé, résistance à une ligne de traitement bien conduite, présence d’un délai long avant rémission, antécédent de rechute après un arrêt de traitement antidépresseur, présence d’une comorbidité psychiatrique. L’hospitalisation est recommandée en cas de risque suicidaire élevé, de symptômes psychotiques, d’épisode dépressif sévère, de résistance à trois lignes de traitements, de nécessité de convulsivothérapie.

Inefficacité à la 4e/6e semaine

La stratégie de changement de molécule antidépressive est recommandée lorsque au bout de 4 à 6 semaines, il existe une absence totale de réponse au traitement initial, une mauvaise tolérance de ce traitement, ou qu’il y a un antécédent de réponse au nouveau traitement. Dès lors, en première intention, les changements de classe pharmacologique sont recommandés. Lorsque le médicament initial est un ISRS, les médicaments de 2e ligne, en 1re intention sont la duloxétine et la venlafaxine et en 2e intention un autre ISRS, le minalcipran, un antagoniste α-2 (mirtazapine, miansérine), l’agomélatine et la clomipramine.  En revanche, si le traitement initial est un IRSNA, on emploie en 2e ligne en 1re intention l’escitalopram et la sertaline, et en 2e intention, le citalopram, la fluoxétine, la fluvoxamine, la paroxétine, un autre IRSNA, l’agomélatine, un antagoniste α-2,la clomipramine, l’imipramine. Lorsque la première molécule est un imipraminique, les choix de 2e ligne sont l’escitalopram, la duloxétine, la venlafaxine et, en 2e intention, le choix se fait entre : le citalopram, la fluoxétine, la fluvoxamine, la paroxétine, la sertraline, le milnacipran, un antagoniste α-2, un autre imipraminique et l’iproniazide. Enfin, quand le premier traitement était un antagoniste α-2, les molécules de deuxième choix sont l’escitalopram, la fluoxétine,la paroxétine, la sertraline, la duloxétine, le venlafaxine et, en 2e intention, le citalopram, la fluvoxamine, le milnacipran, l’agomelatine, la clomipramine.

Source Le Généraliste