Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Monde : Conflits d'intérêts, les hôpitaux de Paris veulent recadrer les pratiques des médecins

Le Monde : Conflits d'intérêts, les hôpitaux de Paris veulent recadrer les pratiques des médecins

le 4 avril 2016

[le Monde] Une partie des 10 000 médecins de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) présentent des « situations à risques » de conflits d’intérêts en raison de leurs liens avec l’industrie pharmaceutique. C’est le constat dressé par une enquête interne, commandée par la direction du premier groupe hospitalier de France et envoyée par mail, lundi 28 mars, aux représentants des médecins. « Changer d’époque » est indispensable, estime la direction de l’AP-HP.

«  Les rémunérations annexes, parfois opaques et élevées, sont des stimulants suffisamment importants pour que des professionnels se placent, de plein gré ou malgré eux, dans des situations à risques », insiste le groupe de travail, qui a travaillé sur le sujet pendant près de six mois.

A lui seul le financement par les laboratoires des déplacements des médecins de l’AP-HP aux congrès médicaux représente par exemple une somme de près de 40 millions d’euros par an.

La formation continue est l’un des bras armés des laboratoires. Obligatoire, elle est financée en France à hauteur de 98 % par l’industrie pharmaceutique, mais le détail du financement reste opaque. Le groupe de travail de l’AP-HP évalue la « fourchette entre 300 millions et 600 millions d’euros » chaque année en France.

Les essais cliniques sont une source de revenu non négligeable pour les médecins, dont l’expertise est rémunérée par des honoraires échappant à tout contrôle. Ils sont aussi une manne pour les services hospitaliers, qui, pour la plupart, ont créé une « association » pour gérer la cagnotte versée par l’industrie. Plus de 400 ont été dénombrées par l’AP-HP.

Les médecins devenus experts sur le médicament qu’ils ont contribué à développer participent souvent à leur promotion. Certains médecins doublent ainsi leur salaire.

Source Le Monde