Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Monde : Le sucre, entre addiction et trouble du comportement

Le Monde : Le sucre, entre addiction et trouble du comportement

le 2 février 2018

Même si certains préfèrent parler de troubles du comportement, les preuves confirmant que le sucre agit comme une drogue s’accumulent. Et en un siècle et demi, sa consommation a explosé.

Damon Gameau, réalisateur du film Sugarland  – en salles depuis mercredi 24 janvier –, a décidé de s’alimenter pendant deux mois comme « un Australien moyen » , à savoir de consommer 160 grammes de sucre par jour.Sans augmenter son apport calorique ­total, il fait évoluer son alimentation vers des produits plus industriels : céréales, pain de mie, plats préparés… mais pas de produits aux sucres ajoutés (confiseries, gâteaux…). Conséquence : il a ­développé une stéatose hépatique, un diabète de type 2 précoce, pris 8 kg et 11 cm de tour de taille. Sans compter des troubles de l’humeur, de la fatigue. Non sans humour, son documentaire ­dénonce l’omniprésence du sucre et ses effets sur la santé, arguments scientifiques à la clé – tout comme l’Américain Morgan Spurlock l’avait fait pour le fast-food dans Super Size Me  (2004).

La question est de savoir si le ­sucre peut agir comme une drogue. Son action se fait à deux niveaux. Tout d’abord, le goût sucré est agréable. Lors de l’ingestion, les récepteurs situés dans la bouche se connectent à des neurones dopaminergiques. Ce circuit de la récompense est activé en une fraction de seconde. « On parle là d’un stimulus sensoriel, mais pas encore d’une drogue » , explique le chercheur Serge Ahmed (CNRS, université de Bordeaux).

Lire la suite sur Le Monde