Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Nouvel Obs : Stérilet hormonal et dépression, "Comme si le ciel m'était tombé sur la tête"

Le Nouvel Obs : Stérilet hormonal et dépression, "Comme si le ciel m'était tombé sur la tête"

le 17 mai 2017

[Le Nouvel Obs] Sous stérilet hormonal, certaines femmes ressentent des symptômes dépressifs. Et quand elles le disent ? On ne les prend souvent pas au sérieux.

Ce papier est né d'un étonnement. Nous n'avons pas trouvé d'article journalistique qui parle de ce sujet : sous stérilet hormonal, certaines femmes ressentent des symptômes dépressifs. Un vocabulaire médical pour dire "un immense nuage noir qui prend toute la place".

Il suffit pourtant de taper "stérilet" et "déprime" dans un moteur de recherche pour entendre des voix de femmes, inquiètes, s'exprimer sur des forums. Ici, une femme demande :

"Je voulais savoir si l'une d'entre vous avait eu des crises d'angoisse ou de panique, voire dépression avec le stérilet Mirena [nom commercial, ndlr]. Merci de votre réponse."

Une autre lui répond :

"Je n'oserai pas employer des termes comme ceux que tu utilises, ceci dit, oui, avec Mirena j'ai constaté du moins des coups de blues, manque de moral effectivement."

Au téléphone, Marianne, 41 ans, raconte son petit enfer du stérilet. Notamment pendant ses périodes de règles :

"J'étais tout le temps "down" et irascible. Si mon mec me disait que le frigo était vide, je pouvais lui dire "Mais attends... mais y a rien à manger ce soir ..." Et c'était comme si le ciel m'était tombé sur la tête.

Je pleurais beaucoup et je ne savais pas pourquoi. Mes hormones me débordaient !"

Ironisant, elle ajoute en riant :

"Tu pleures du sang en bas et des larmes en haut. Ça va deux minutes !"

Les femmes concernées par cette mélancolie qui va parfois jusqu'à la dépression racontent aussi souvent des gynécos incrédules, balayant le sujet rapidement.

Anne s'interroge. Sa gynéco rit

Anne en est l'exemple. Après la naissance de son deuxième enfant, elle est allée se faire poser un stérilet.

"Je voulais une prison de fer pour mon utérus. Toi, tu n'entreras pas là petit spermatozoïde !"

Elle était donc bien bien motivée mais doutait de l'option Mirena. Elle s'était renseignée, elle avait vu que le stérilet hormonal (contrairement au cuivre qui ne diffuse pas d'hormones) pouvait provoquer tout un tas d'effets secondaires négatifs.

Parmi toutes les joyeusetés, il y avait des boutons, des ballonnement, et... de la déprime. Alors, Anne a demandé à sa gynéco si elle était sûre que cette option était la bonne. Elle a ri.

"Mais non, c'est très bien le stérilet hormonal, ça limite les règles !"

Pourtant la notice même de Mirena cite parmi plusieurs effets indésirables du stérilet :

"Une humeur dépressive, une dépression, de la nervosité, une baisse de la libido."

Après nous avoir promis une réponse, la responsable de la communication de Bayer (le laboratoire qui commercialise le stérilet) ne nous a plus jamais répondu. La seule conversation téléphonique que nous avons eue était tendue.

Source Le Nouvel Obs

A savoir : Depuis le 13 mars 2017, les professionnels de santé ou les patients peuvent signaler en quelques clics aux autorités sanitaires tout événement indésirable sur le site signalement-sante.gouv.fr  , dont les effets indésirables, incidents ou risques d'incidents liés aux produits de santé.