Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Parisien : Taux de suicide, burn-out... SOS médecins en détresse

Le Parisien : Taux de suicide, burn-out... SOS médecins en détresse

le 23 août 2018

Après des années de déni, la souffrance des médecins et des infirmiers est enfin devenue un problème que l’on prend à bras-le-corps dans des unités spécialisées que nous avons pu visiter.

C’est un médecin généraliste qui s’enfonce dans la forêt, alcool et médicaments à la main, décidé à ne jamais en ressortir. C’est une consœur, qui est retrouvée évanouie par ses patients dans son cabinet. Une autre, en arrêt, qui pleure d’angoisse à l’idée de reprendre les consultations. Pénurie de blouses blanches, lourdeurs administratives, surcharge de travail  due au vieillissement de la population… En France, la souffrance des soignants est devenue un problème de santé publique . Selon un récent sondage réalisé par la start-up spécialisée 360 Medics, 100 % se disent épuisés et 50 % ont déjà connu un burn-out. Le taux de suicide est aussi 2,5 fois plus élevé que dans les autres métiers.

Mais aujourd’hui, le tabou se fissure et le milieu médical, conscient du malaise, contre-attaque pour sauver d’urgence ses soldats. De plus en plus de structures inédites émergent pour les aider à panser leurs plaies comme à Châtillon-en-Michaille, dans l’Ain, où une unité dédiée aux soignants vient d’ouvrir ses portes. Comment sont-ils réparés ? Pour le savoir, nous nous sommes rendus dans la première, créée il y a six ans à la clinique psychiatrique Belle-Rive, à Villeneuve-lès-Avignon et inaugurée l’an dernier.

Lire la suite sur Le Parisien