Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Télégramme : HAD, la psychiatrie à domicile

Le Télégramme : HAD, la psychiatrie à domicile

le 11 juin 2015

[Le Télégramme] L'hospitalisation à domicile (HAD) en psychiatrie reste une alternative à l'hospitalisation méconnue des professionnels de santé et du public. L'Établissement public de santé mentale Étienne-Gourmelen la relance, après l'avoir expérimentée dès 1985. Description et intérêts.

Les règles. Au moins trois visites infirmières hebdomadaires au domicile du patient ; une consultation médicale obligatoire au centre d'accueil médico-psychologique par semaine ; chaque cas est évoqué lors d'une réunion clinique hebdomadaire ; délivrance du traitement psychotrope par la pharmacie de l'hôpital quand la prescription somatique reste du ressort du médecin généraliste.Une contre-indication absolue. « Que le patient ne soit pas d'accord. Nous ne pratiquons aucune HAD sous la contrainte », insiste la psychiatre Annie Bléas.Le déclenchement. « Après une évaluation clinique infirmière, la prescription de l'HAD par un psychiatre peut intervenir rapidement. Elle peut être déclenchée le jour de la consultation médicale ou le lendemain. Le traitement est aussitôt récupéré à la pharmacie de l'hôpital », décrit le cadre de santé Henry Urvoy.La durée. La prise en charge en HAD dure, en moyenne, de deux à trois semaines, selon les professionnels de Gourmelen interrogés.

Source Le Télégramme