Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le journal des femmes : Rien de tel que les liens sociaux en face à face pour éviter la dépression

Le journal des femmes : Rien de tel que les liens sociaux en face à face pour éviter la dépression

le 14 octobre 2015

[Le journal des femmes] Pour éviter le risque de dépression, mieux vaut un contact visuel et une relation en face à face répétée plutôt que des échanges de mails ou des coups de téléphone, souligne cette étude américaine.

Les liens sociaux sont inestimables, quel que soit son âge, pour la santé mentale. Tel est le constat fait de longue date par la recherche. 

Cette étude menée par des chercheurs de l'université de la santé et des sciences de l'Oregon (États-Unis) est néanmoins la première dans son genre à s'intéresser au rôle joué par les différents modes de communication pour protéger ses proches ou ses amis. 

L'équipe a exploité les données issues de l'étude longitudinale menée par l'université de l'Oregon et intitulée : "L'enquête sur la santé et les retraites" (Health and retirement survey), dans laquelle 11.000 adultes de plus de 50 ans ont été sondés entre 2004 et 2010. 

L'enquête a été effectuée en cycles tous les 2 ans de façon à ce que les chercheurs puissent suivre les progrès des participants. 

Un certain nombre de facteurs sociaux et de critères liés à l'état de santé ont été mesurés dont le temps passé à fréquenter des amis ou des proches, ainsi que les signes de dépression rapportés par les participants. Les chercheurs ont également exploré la nature et la fréquence de ces liens soit combien de fois par semaine ou par mois les seniors écrivaient, téléphonaient, voyaient ou envoyaient des mails à leurs proches. 
Leurs conclusions, publiées le 5 octobre dans la revue Journal of the American Geriatrics indiquent que les volontaires qui avaient passé physiquement du temps en famille ou avec des amis, au moins à trois reprises dans la semaine, présentaient le moins de signes de dépression. C'était le cas pour seulement 6,5% d'entre eux. 

Source Le journal des femmes