Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Libération : "Il est difficile de ne pas voir les chasses aux sorcières comme un phénomène de haine misogyne intense", Mona Chollet

Libération : "Il est difficile de ne pas voir les chasses aux sorcières comme un phénomène de haine misogyne intense", Mona Chollet

le 22 octobre 2018

Dès la Renaissance, des dizaines de milliers de femmes ont été massacrées. Longtemps, le caractère misogyne des chasses aux sorcières n’a pas été un sujet digne d’intérêt pour les historiens. Lorsque certains d’entre eux ont commencé à s’intéresser à ces événements sous le prisme du genre, c’était avec un regard condescendant pour les victimes. Ils ont alimenté des préjugés très défavorables à l’égard de ces femmes, en les considérant comme «folles» ou «antipathiques».  Dans son dernier ouvrage, Mona Chollet décèle aujourd’hui des vestiges de cette haine irrationnelle.

On utilise encore aujourd’hui le terme de «sorcières» pour caricaturer des femmes de pouvoir, les femmes vieillissantes ou tout simplement les femmes libres.

Dans son dernier essai, Sorcières. La puissance invaincue des femmes (Zones - La Découverte), Mona Chollet, journaliste au Monde diplomatique  et auteure des excellents Beauté fatale  et Chez soi, s’interroge sur ce qu’il reste aujourd’hui des grandes chasses aux sorcières, c’est-à-dire le massacre de dizaines de milliers de femmes en Europe entre les XVIe et XVIIe siècles. Elle retrouve notamment la trace de cette misogynie, féminité haïe venue de ces sombres périodes du passé, dans le regard aujourd’hui porté sur les femmes célibataires et sans enfant, sur les plus âgées

Lire la suite de l'article sur le site Libération.fr