Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Santé Mentale : L’emploi des personnes handicapées psychiques nécessite des considérations spécifiques

Santé Mentale : L’emploi des personnes handicapées psychiques nécessite des considérations spécifiques

le 17 novembre 2017

A l’occasion de la Semaine Européenne pour l’emploi des personnes Handicapées (13-17 novembre 2017), l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) rappelle que l’emploi des personnes vivant avec un handicap psychique nécessite des considérations spécifiques.

Travailleurs en situation de handicap : le handicap psychique sous-représenté
Il existe peu de données chiffrées sur le handicap psychique, seules quelques études ponctuelles. On estime cependant que la population des personnes en situation de handicap psychique est sous-représentée parmi celle des travailleurs handicapés. Elle est plus durement touchée par le chômage. Le taux d’emploi des personnes handicapées représente la moitié de celui de la population générale (37% contre 65% en 20131). Celui des personnes touchées par le handicap psychique est deux fois moins élevé que pour l’ensemble des personnes handicapées2. Ainsi, 19% des familles ayant participé à l’enquête de l’Unafam3 en 2016, déclarent que leur proche en situation de handicap psychique a un emploi, soit à peine 1 sur 5.

Emploi des personnes en situation psychique : des dispositifs insuffisants
Sur 1 400 Etablissements et services d'aide par le travail (ESAT) en France, seulement 40 sont dédiés au handicap psychique. Historiquement réservés aux personnes en situation de handicap mental, les ESAT proposent des conditions d’accueil inadaptées aux personnes en situation de handicap psychique et le délai d’attente peut être de plusieurs années pour y entrer.
Le manque de dispositifs dédiés au handicap psychique et l’absence d’approche globale, coordonnée et durable pour garantir un accès à l’emploi et son maintien est criant.
En matière d’éducation et de formation professionnelle, on constate trop souvent une discontinuité des parcours des enfants et adolescents par manque d’articulation et d’accompagnement évolutif et adaptable aux besoins de chacun.

Source Santé Mentale