Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Somapsy : Dix priorités pour l’intégration de la santé physique avec la santé mentale

Somapsy : Dix priorités pour l’intégration de la santé physique avec la santé mentale

le 4 mai 2016

[Somapsy] L’interaction entre la santé mentale et la santé physique a des conséquences importantes à tous les niveaux du système de santé et des affaires sociales. Le rapport de King’s Fund Bringing together physical and mental health définit dix priorités à suivre pour parvenir à la pleine intégration de la santé physique avec la santé mentale.

Priorité 1 : Intégrer la santé mentale dans les programmes de santé publique

Les activités de prévention et de promotion de la santé mentale représentent un coût inférieur à 0,03 % des dépenses de santé mentale du National Health Service (NHS) britannique.

Une approche plus intégrée de la santé permettra de combattre de façon coordonnée les facteurs déterminants d’une mauvaise santé physique et mentale, avec des approches locales pour combiner des ressources de différents secteurs, en donnant la priorité aux interventions permettant d’améliorer la santé mentale et la santé physique de manière conjointe.

Priorité 2 : Promouvoir la santé chez les personnes atteintes de graves problèmes de santé mentale

Les personnes atteintes de troubles mentaux graves, tels que le trouble bipolaire ou la psychose, présentent un risque élevé de souffrir d’une maladie physique découlant des effets collatéraux de leur traitement médicamenteux, des facteurs de risque liés à leur mode de vie et des déterminants socio-économiques.

Les patients atteints de troubles mentaux graves devraient bénéficier de façon prioritaire des interventions en matière de santé publique. Ces interventions devraient comprendre des services spécialisés visant à promouvoir un mode de vie plus sain et les examens médicaux devraient être accessibles à tous. Les entités communautaires et les organisations de bénévoles devraient jouer un rôle important dans l’adoption de modes de vie plus sains, et les familles et les soignants devraient également être plus actifs dans ce processus.

Source Somapsy