Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Action : Un patient schizophrène apporte son expérience à un groupe de futurs formateurs

Action : Un patient schizophrène apporte son expérience à un groupe de futurs formateurs

le 27 avril 2017

[La Voix du Nord] Quinze membres de l’EPSM participent à un projet d’éducation thérapeutique, associant des professionnels de santé mais aussi des représentants de familles et Tony, un usager, qui souffre de schizophrénie.

L’éducation thérapeutique apporte une assistance et un soutien aux patients atteints d’une maladie chronique et à leur entourage. Depuis 2013, Geoffrey Moyniez, psychiatre à l’EPSM, et Frédéric Édouard, cadre de santé, ont initié ce projet d’éducation thérapeutique. Quatre ans de travail ont été nécessaires pour aboutir. Depuis peu, Frédéric Édouard dispense une formation en éducation thérapeutique.

La première session (42 heures) est échelonnée en six séances. Quinze membres de l’EPSM y participent, associant des professionnels de santé mais aussi des représentants de familles et Tony, un usager. Âgé de 25 ans, il souffre de schizophrénie depuis sept ans et a connu pendant deux ans des hospitalisations, un traitement lourd, et a été confronté à des situations difficiles comme le sentiment d’être exclu… Autonome depuis 2012 avec des suivis par l’EPSM, Tony apporte son expérience au groupe de formateurs et devient le premier « patient expert ». Il va animer en binôme les ateliers et a un message fort : «  rien n’est perdu car moi j’y suis arrivé. Il faut toujours garder espoir, même s’il est petit, c’est ce qui fait vivre. Je veux aider les autres patients à maîtriser la maladie et vivre mieux avec grâce à mon vécu.  »

À terme, ces formateurs animeront les différents ateliers au sein de l’EPSM destinés aux jeunes patients schizophrènes et leur entourage. Ce projet apporte une plus value dans la prise en charge. Le docteur Moyniez souligne : «  il y a du retard à rattraper dans ce domaine car finalement notre discipline est une des premières concernées pour les maladies chroniques et par ailleurs, au niveau régional, seuls 2 % des programmes d’éducation thérapeutique autorisés par l’ARS concernent la psychiatrie  ». L’éducation thérapeutique est incluse dans la formation initiale pour les élèves infirmiers.

Source La Voix du Nord